POLITIQUE SOCIALE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETE 25 milliards de bourses pour 250.000 familles en 2017

POLITIQUE SOCIALE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETE INONDATIONAu Sénégal, près d’un ménage sur deux reste pauvre et le phénomène touche 57,3% des ménages ruraux.  Pis, au moins huit régions sur les quatorze que compte notre pays ont une incidence de pauvreté jugée très forte, de plus de 60%. C’est fort de ce taux que le Premier ministre, lors de sa Déclaration de politique générale aux députés hier lundi 28 octobre, a promis que sur la période 2013-2017, le gouvernement donnera plus d’impulsion aux programmes à fort impact social, pour apporter des réponses concrètes aux urgences sociales et au besoin de protection des groupes les plus vulnérables.

Le Premier ministre Aminata Touré a partagé sa réflexion articulée sur trois grands axes avec les députés hier lundi 28 octobre 2013. Par rapport au premier axe de cette Déclaration de politique générale, «la prise en charge des urgences sociales et la correction des inégalités», Aminata Touré note que, sur la période 2013-2017, l’action du gouvernement sera de «donner encore plus d’impulsion aux programmes à fort impact social, pour apporter des réponses concrètes aux urgences sociales et au besoin de protection des groupes les plus vulnérables». Car, près d’un ménage sénégalais sur deux reste pauvre et le phénomène, plus accentué dans les zones rurales, touche 57,3% des ménages.

Pis, aujourd’hui, au moins huit régions sur les quatorze que compte le pays ont une incidence de pauvreté jugée très forte, de plus de 60%. C’est pourquoi, le gouvernement engagera dès 2014 un programme d’urgence d’infrastructures sociales, dénommé «Programme d’Infrastructures en faveur des localités les plus défavorisées». Il s’agit, «dans le cadre de la planification pluriannuelle des investissements publics, de privilégier, par une approche concertée entre les ministères, la réalisation de plateformes d’infrastructures permettant à 2000 villages appartenant aux 62 communautés rurales les plus pauvres, d’avoir accès à l’eau, à l’école, à des services de santé et à des pistes», soutient-elle.

 Des fermes agropastorales pour près de 1,2 millions de personnes

 En outre, selon Aminata Touré, pour élever leur potentiel économique, ces collectivités bénéficieront, dans le cadre d’un ciblage, des programmes d’implantation de fermes agropastorales et d’équipement en matériel de production. Le programme global concernera à terme 88 communautés rurales, et 3000 villages, et devra toucher près de 1,2 millions de personnes, avec l’objectif d’éliminer progressivement la fracture entre ces localités et le reste du pays. Ces programmes représentent un investissement, une source de cohésion sociale et de stabilité, ainsi qu’un moyen de rompre le cercle vicieux de la transmission intergénérationnelle de la pauvreté.

C’est ce qui, à son avis,  justifie le programme de Bourse de sécurité familiale consistant à fournir pendant l’année des allocations trimestrielles de 25.000 FCfa à des ménages vivant dans une situation d’extrême pauvreté. Cette allocation favorisera l’inscription et le maintien de leurs enfants à l’école, l’assurance de leur prise en charge vaccinale et leur enregistrement à l’état civil. Ce programme doté d’une enveloppe budgétaire de 5 milliards de FCfa en 2013 va bénéficier à 50.000 ménages répertoriés sur la base de critères partagés. Cet effort financier sera accru progressivement avec une inscription budgétaire supplémentaire de 5 milliards de FCfa par an. L’enveloppe atteindra donc 25 milliards en 2017 pour soutenir 250.000 familles sur toute l’étendue du territoire, informe le Premier ministre.

 Cartes d’égalité des chances

La lutte contre les injustices sociales, c’est aussi la prise en charge des personnes vivant avec un handicap. Pour cela, le gouvernement a lancé «la Carte d’égalité des chances» qui permettra à cette couche l’accès à des services spécifiques, dont les soins dans les structures de santé publiques. «Elle sera opérationnelle dès 2014 et touchera 30.000 bénéficiaires durant ses premières années, avec l’objectif d’atteindre 50.000 personnes en 2017». Dans la même veine, poursuit Aminata Touré, le Gouvernement traduira également dans ses politiques sectorielles son engagement résolu à promouvoir l’égalité et l’équité de genre, en consolidant les droits des jeunes filles et des femmes, en les préservant de toute forme de discrimination et de violence, en assurant leur promotion économique, sociale et leur leadership national.

Ibrahima DIALLO Sudonline

In the Spotlight

Vidéo- Assane Diouf change de look et reprend du service.

by bishba in FAITS DIVERS 0

Related Posts:DIRECT Alain Juppé : «Une fois pour toutes, je ne…Donald J. Trump ou le délire du dément (par Abou…Les élections législatives peuvent-elles se tenir le…Direct – Emmanuel Macron : «Je mettrai tout…17 novembre 1986 [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*