Portrait : Khalifa Sall, de la vertu au martyr politique

Khalifa Ababacar Sall est le prisonnier le plus célèbre du Sénégal et pour preuve il ne se passe pas un jour sans que l’on ne parle de lui dans les médias, à l’assemblée nationale, à la présidence et surtout sur les réseaux sociaux.

Mais qui est cet homme qui ne cesse de faire couler l’encre malgré son emprisonnement depuis le mois de mars dernier?

Khalifa Sall est né le 1er janvier 1956 à Louga dans une modeste famille, nous apprend « Le Témoin », lu par senegal7.com.

Il est le benjamin de sa maman qui a eu cinq enfants ou cinq bouts de bois de Dieu pour parler selon la tradition sénégalaise qui désapprouve que l’on compte les membres d’une famille.

Son père, polygame et cultivateur à Gankette, abandonne le travail de la terre, devenu peu rentable, pour s’installer à Dakar, plus précisément à Colobane avant de déménager à Grand-Yoff.

Jeune garçon, Khalifa était un bon élève qui faisait la fierté de ses maîtres. Au lycée Blaise Diagne, son destin croise celui du professeur de philosophie Abdoulaye Elimane Kane qui se souvient de lui en ces termes: « Je l’ai connu il y a plus de quarante ans. Il était déjà membre des jeunesses socialistes. »

En mai 1968, âgé de 12 ans à l’époque, Khalifa rejoint l’Union progressiste sénégalaise (UPS) pour soutenir l’ancien président Léopold Sédar Senghor.

En 1970, il décroche son baccalauréat et s’inscrit à l’université d’où il sort avec une maîtrise d’histoire et une autre en droit constitutionnel.

Plus tard, il devient le protégé de Mamadou Diop dont il épouse la fille en 1984. Cette même année, âgé de 28 ans, Khalifa devient adjoint au maire de la ville de Dakar.

En parallèle de ses activités de militant, Khalifa Sall devient professeur mais la politique prend le dessus sur le gendre de l’ancien maire de Dakar Mamadou Diop.

En 1993, il est nommé ministre, chargé des relations avec les institutions et en 1995, il passe au rang de ministre délégué auprès du premier ministre tout en gardant son poste d’adjoint au maire qu’il ne quittera qu’en 2001.

De novembre 1996 à décembre 2001, Khalifa Sall est le maire de la commune de Grand-Yoff et en même temps conseiller régional de Dakar, chargé de la coopération internationale et de la coopération décentralisée.

De 1998 à 2000, il occupera le rang de ministre du commerce avant d’être élu député en 2001.

En 2009, quand personne ne s’y attendait, Khalifa Sall est élu maire de la capitale sénégalaise.

Si le maire de Dakar est resté constant dans son engagement au service du parti socialiste, en amour, il peine à se fixer. Pour preuve, il divorcera trois fois. Ses ex épouses sont Marième Fall, Fatou Sy, fille de Serigne Habib Sy de Tivaouane et Mame Coumba Diop, fille de l’ancien maire Mamadou Diop.

Aujourd’hui, il est marié à Gaëlle Samb, une métisse franco-sénégalaise et fille du cinéaste Ababacar Samb « Makharam ».

En 2014, lors des élections locales, Khalifa Sall bat le parti au pouvoir à Grand Yoff avant de s’emparer de 15 des 19 communes de Dakar.

En septembre 2016, il remportera une nouvelle victoire lors de l’élection du haut conseil des collectivités territoriales.

Cette énième victoire va ouvrir grandement les portes de la prison car il sera inculpé le 8 mars 2017 pour détournement présumé de 1,8 milliard de francs CFA.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*