POUR L’EMPLOI ET LA REHABILITATION DES FERMES AGRICOLES Benoît Sambou promet 18 milliards

Kédougou a reçu samedi dernier le ministre de la Jeunesse de l’emploi et de la promotion des droits civiques qui a promis aux populations d’injecter 18 milliards de FCfa dans le cadre de l’emploi de la jeunesse et de la réhabilitation des fermes agricoles. Même si on ne parle plus de vacances citoyennes cette année, le ministre Benoît Sambou est en train de sillonner tout le pays à la rencontre des jeunes.benoit_sambou_2

Benoît Sambou, ministre de la jeunesse, de l’emploi et de la promotion des droits civiques séjourne depuis samedi dans la cité collinaire de Kédougou pour une durée de quatre jours.

L’objectif est de rencontrer les jeunes afin de cerner les problèmes auxquels ils sont confrontés et de faire le lancement d’une colonie de vacances organisée par l’organisation non gouvernementale World Vision pour plus de 200 enfants de la région. Une fois dans la grande salle du Cdeps de Kédougou, le ministre a indiqué : «Je venu pour vous écouter, échanger avec vous pour savoir les problèmes auxquels vous êtes confrontés et pour dégager des perspectives», soulignant au passage  que « le président de la République Macky Sall a fait de la jeunesse sa priorité. »

A cet effet, il revenait aux différents représentants des mouvements de jeunes de prendre tour à tour la parole. Le représentant du président du conseil régional de la jeunesse s’est inquiété des  « sites d’orpaillage qui pullulent un peu partout avec tous les risques d’insécurité». Devant ses pairs, Amady Diallo a soulevé les questions relatives aux problèmes généraux des jeunes de la région.

« Nous aimerions bénéficier de formation en entreprenariat, professionnelle en menuiserie métallique et en boiserie. On souhaiterait aussi une décentralisation des structures de l’Anej ainsi que le renouvellement des instances de la jeunesse », a-t-il indiqué.

Les Volontaires de l’agriculture (Vagri) ont dénoncé, eux, les conditions dans lesquelles ils travaillent surtout à cause de leur effectif qui a considérablement diminué. «Aujourd’hui sur deux groupe de 10 et 15 volontaires il ne reste que 7. Nous voudrions que nos champs soit clôturés et que nous ayons les moyens de locomotion pour nous y rendre», clame le représentant des volontaires de l’agriculture de Fongolimbi.

Le président de l’Orcav, Sadio Dembélé, a demandé au ministre où en sont-ils avec «une ASC-un projet » sans oublier  la construction de deux stades à Saraya et Salémata. Falaye Cissokho, responsable des jeunes de Saraya, n’a pas manqué lui aussi de décrier les maux qui gangrènent les jeunes de sa localité surtout les filles. «Il n y a pas plus de cinq bachelières à Saraya parce que les filles abandonnent tôt l’école à cause des mariages précoces et il n’y a pas de centre féminin ni de fermes agricoles, ce qui veut dire que la qualification des filles pose d’énormes soucis», souligne Cissokho.

Après avoir écouté les uns et les autres, Benoît Sambou s’est dit « très satisfait du travail qu’abattent chaque jour les directeurs régionaux et départements et pourtant dans de difficiles conditions.» Mais avant, il a apprécié la qualité et la pertinence des interventions des jeunes. « Nous plaçons la jeunesse au cœur de nos préoccupations, c’est pourquoi nous devons renforcer les associations de jeunesse», a-t-il déclaré  en guise de réponse.

Dans la même veine, le ministre a annoncé la mise sur pied d’un financement de 18 milliards de francs Cfa destinés à financer l’emploi et la réhabilitation des fermes agricoles. Benoît Sambou a exhorté les jeunes à retourner à l’agriculture et à «ne pas se focaliser sur la recherche de l’or».

Il les a aussi invité à ne plus se limiter uniquement au sport mais à ficeler des projets à lui soumettre parce que, dit-il, «Mon département ministériel ne sera jamais politisé.»

Dans l’après-midi, le ministre et sa délégation se sont rendus à la mission catholique pour le lancement de la colonie de vacances organisée par l’Ong World Vision. La colonie avait pour thème « la contribution des collectivités éducatives pour la promotion des valeurs civiques ». Les prestations des enfants ont démontré qu’ils ont acquis beaucoup de connaissances grâce aux moniteurs. Du vernissage aux sketchs en passant par des ateliers de secourisme, presque rien n’a été laissé au hasard.

À la fin des activités les enfants ont remis un mémorandum dans lequel on peut retenir : le droit à un état civil ; non au travail pénible des enfants et non aux viols et mariages précoces, entre autres, sans oublier le droit d’aller à l’école et y rester. Pour être en phase avec les objectifs du millénaire pour le développement, les enfants ont rappelé au ministre qu’ils souhaiteraient qu’on réduise l’extrême pauvreté et la faim, ainsi que la mortalité maternelle et infantile, qu’on assure un environnement durable et qu’on mette en place un partenariat mondial pour le développement.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*