Pour l’introduction de l’œuvre de Cheikh Anta Diop dans le programme éducatif : Des intellectuels lancent une pétition

Cheikh Anta Diop historien et savant sénégalaisConvaincu que la pensée de Cheikh Anta Diop doit être connue par la jeunesse sénégalaise, un collectif qui milite pour l’introduction de son œuvre dans le programme éducatif a lancé depuis un an une pétition pour amener les autorités à adhérer à cette requête.

Les membres de ce collectif, qui ont eu des difficultés pour atteindre les 20 mille signatures qu’ils se sont fixés, ont entamé une tournée dans 5 grandes villes du Sénégal pour avoir beaucoup plus d’adhérents. 

Amener les autorités à introduire les œuvres du Pr Cheikh Anta Diop dans le programme du système éducatif sénégalais : c’est l’objectif que s’est fixé un collectif qui a lancé depuis un an une pétition allant en ce sens.

En conférence de presse hier, les membres de ce collectif ont informé qu’ils veulent atteindre 20 mille signatures pour montrer aux autorités que c’est une grande partie de la population qui adhère à cette volonté de voir les œuvres de Cheikh Anta Diop dans le programme éducatif sénégalais.

Selon Daouda Guèye, membre de ce collectif, «l’objectif final de la pétition est de demander aux autorités en charge de l’éducation d’introduire l’enseignement de la pensée du Professeur Cheikh Anta Diop à tous les niveaux scolaires et dans des matières telles que l’histoire, la philosophie, la sociologie».

C’est d’ailleurs dans le but d’atteindre un objectif de 20 mille signatures que ce collectif a lancé depuis hier une caravane d’une semaine qui va parcourir certaines grandes villes du Sénégal. Il s’agira lors de cette tournée dans des col­lè­ges, lycées et universités de Da­kar, Saint-Louis, Thiès, Mbour et Louga d’aller à la rencontre de la population pour lui expliquer la nécessité d’enseigner l’œuvre de «cet éminent intellectuel» dans les écoles. 

Evoquant l’importance de cette requête, les membres de ce collectif soutiennent qu’il est regrettable de constater l’absence totale de l’en­seignement de l’œuvre de Cheikh Anta Diop au moment où la pensée de certaines figures historiques occidentales prend une place importante dans les contenus pédagogiques.

Selon eux, «reconnu comme l’un des penseurs noirs les plus importants du 20e siècle, son œuvre ne doit plus seulement être une affaire de spécialistes et son nom ne doit plus seulement être évoqué lors des colloques ou symposiums».

L’écrivain Bouba­car Boris Diop, qui a eu à côtoyer Cheikh Anta Diop, soutient que «de tous les intellectuels de sa génération, il est le seul dont on dit ce serait bien d’enseigner sa pensée». Cela, d’après lui, montre que «son travail est important par son contenu et qu’il a laissé quelque chose».

«Tout le monde connaît assez bien l’origine de la civilisation négro africaine, égyptienne, l’Afrique en tant que berceau de l’humanité, il a défendu toutes ces thèses combattues à l’époque et jusqu’à présent personne n’a pu apporter contre ces thèses des arguments pertinents et convaincants», a-t-il tenu à rappeler.

Au-delà du travail qu’il a abattu pour la réhabilitation des civilisations négro africaines, Cheikh Anta Diop s’est fait aussi remarquer par ses idées sur le Fédéralisme, le Pa­na­fricanisme, sur la question des langues nationales.

Au regard de toutes ces pensées qu’il a eu à développer, les membres de ce collectifs sont convaincus que c’est une nécessité de faire profiter aux écoliers sénégalais les fruits de toutes ses recherches.

dkane@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*