Pour que les intérêts économiques du Sénégal soient absolument saufs, il faudra également que justice se fasse équitablement !

Serigne Fallou Dieng Cercle des intellectuels soufiLe cercle des soufis appelle les Sénégalais à la vigilance et à faire preuve de maturité, face à l’arbitraire. Il appelle Macky Sall, à se départir de tout complexe, en sortant de son « tour d’ivoire » et de faire face à la réalité qui prévaut dans le pays présentement.

Au moment où le Sénégal se meurt d’inanition et de manque d’eau, durant près d’un mois, voici encore les Sénégalais, meurtris par l’embarras d’une « fête de TABASKI » morose et inquiétante pour plusieurs familles, marquée par une cherté exorbitante des prix du mouton hors de portée de la majorité des Sénégalais aux faibles bourses, en plus du renchérissement des denrées de première nécessité.Face à tout cela, aucune garde prétorienne fusse-t-elle celle du chef de l’Etat, ne saurait empêcher les Sénégalais de crier leur désarroi et ras-le-bol quand il le faut.

A ce titre les soufis, se dressent en sentinelle pour la défense de l’intérêt général de tout le peuple sénégalais, sans distinction aucune. Ilsrefuseront à jamais alors, que dans ce Sénégal d’aujourd’hui, où la hantise du soulèvement populaire et de « la jacquerie » générale demeurent le sentiment le plus partagé, que le régime de M. Macky Sall, qui vire lentement aux abois encontinuant d’essuyer des échecs sur plusieurs plans, pour ne pas dire sur toute la ligne, puisse tenter de confisquer les libertés publiques, à savoir celles démocratiques et politiques.

A cet égard, nous demandons instamment à M. Macky Sall, président de la République, par conséquent celui de tous les Sénégalais, de s’atteler plutôt à traduire en actes ses engagements pris face à son peuple, par une gouvernance sobre, efficiente, efficace et vertueuse, entre autres, mettre la Patrie bien avant son parti.Et non, de passer tout le temps àscander des slogans creux et de vains mots, qui n’ont plus aucune prise sur une bonne partie des populations sénégalaises, qui supportent le poids réel de la crise.Nous l’appelons ainsi, à traduire concrètement sur le terrain ses promesses de campagne pour un véritable Etat de droit, une justice et équité sociales,dans la réalité. Ses promesses qui végètent encore dans la fange et ne se limitent aux

incantations stériles, dont ses fans aiment à se gargariser et à nous les opposer, comme argent comptant.

Pour conclure, les soufis apportent à la sagacité du chef de l’État, leur appui pour une réparation de l’injustice sans équivoque, soit, l’implantation d’une justice équitable dans notre pays, pour l’intérêt général bien compris du peuple sénégalais. Une réparation judiciaire, qui devra se faire à égale dignité entre tous les citoyens, donc sans aucune discrimination. Ce qui par conséquent, revient à dire, que cette justice, ne devrait en aucune façon être ni catégorielleni de parti pris, mais fondée équitablement sur le droit fondamental.

SERIGNE FALLOU DIENG maitre soufi

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*