Pour sauver sa mairie, Barthélemy Dias fait du business

Barthélemy DiasLes conséquences de la mise en œuvre de l’Acte 3 de la décentralisation font que le maire de la commune de Sacrée Cœur-Mermoz est obligé de recourir à une «gestion de business» pour faire face à la réalité, car ne disposant plus de fonds de dotation. L’équipe municipale a voté hier à l’unanimité son budget d’un montant de 751, 595 millions.

L’Acte 3 de la décentralisation a fait de la mairie de Sacré Cœur Mermoz, «une mairie de business» car ne disposant plus des privilèges d’antan ou des fonds de dotation. Le Conseil municipal a voté hier, un budget prévisionnel équilibré en recettes et en dépenses, d’un montant de 751 millions 595 et une quinzaine de projets de délibération. Les projets de délibération les plus importants, selon le maire Barthélemy Dias, concernent les publicités.

Désormais, toutes les sociétés publicitaires qui sont dans l’aire communale sont invitées, sous la base de la délibération du conseil, à se rapprocher de la mairie parce que, «toutes les sociétés qui souhaiteraient utiliser notre périmètre communal pour les activités publicitaires seront soumises à un droit d’entrée et à des tarifications nouvelles», signale le maire. 

Ne disposant pas de certaines sources de recettes ni de marchés comme les autres localités, la mairie est obligée de revoir certains tarifs à la hausse pour le bon fonctionnement de la commune, et lui permettre de faire face à certaines réalités imposées par l’Acte 3 de la décentralisation.

«Il y avait 100 millions qui nous venaient de la mairie de Dakar, et tel n’est plus le cas du moment où c’est nous qui devons participer au financement de la mairie de Dakar, à cause de l’Acte 3 de la décentralisation», renseigne le maire. Tout en informant que dans les jours à venir, ils vont procéder à un grand déguerpissement qui concerne surtout les vendeurs de voitures.

Il informe que pour tous les véhicules qui seront mis en fourrière, les responsables auront comme responsabilité de s’acquitter de leur redevance, sinon leurs véhicules seront vendus aux enchères, comme le prévoit la délibération concernant la création d’une fourrière municipale. 

Sur ce, le maire demande tous les redevables «qui savent qu‘ils ne sont pas à jour et qui ont reçu des sommations, à se rapprocher de la mairie». En outre, pour toujours faire face à la réalité, le maire renseigne qu’un droit d’entrée de 5 millions de francs sera payé par toute personne physique ou morale qui souhaiterait organiser une foire ou un louma dans l’espace de la commune,  «on a besoin de recettes car tout dépend de nous. On ne peut plus dépendre de la mairie de Dakar. On ne peut pas dire oui à l’Acte 3 de la décentralisation sans prendre nos dispositions».

Parmi lesdites dispositions, on peut aussi noter le projet de délibération qui décide de mettre en place une société de patrimoine à l’image de la ville de Dakar, afin de pouvoir intégrer le marché financier. D’après le maire, «cette commune a un potentiel immobilier qui tourne autour d’un peu moins de 10 milliards. Nous sommes propriétaires du terrain de la boulangerie jaune, nous sommes propriétaires entre autres, de la case de Mermoz et de certains titres fonciers qui ont des valeurs assez importantes».

Toutes des ressources potentielles et importantes sur lesquelles des partenariats féconds pourraient être noués, à en croire l’édile de la commune.

 Habibatou WAGNE

In the Spotlight

SCANDALE PETRO-TIM… Et Si C’était Une Affaire De Famille

by bishba in CONTRIBUTION 0

C’est presqu’anecdotique qu’entre Aliou Sall et sa belle-sœur de Première Dame, les relations, malgré les dénégations, n’ont jamais été un long fleuve tranquille. L’affaire Sall, frère consanguin du président de la République, dessine les lignes [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*