Pour une affaire de « sukeru koor » : le président de la CENA et certains de ses employés à couteaux tirés

Pour une affaire de « sukeru koor » : le président de la CENA et certains de ses employés à couteaux tirés

Certains travailleurs de la Commission électorale nationale autonome(CENA) ne sont pas contents de leur président Doudou NDIR.

Non pas parce qu’ils ont des observations à faire concernant les dernières élections législatives, mais pour déplorer une discrimination au sein de la structure. Dans une lettre adressée au président Doudou NDIR, ils ont étalé leurs frustrations qui tournent pratiquement autour d’un partage qui ne serait pas équitable.

«…En sus des disparités salariales que nous dénonçons jusqu’à ce jour et dont l’administration traine les pieds pour y apporter des solutions, il s’y ajoute des traitements spécifiques de certains agents par rapport à d’autres. A ce propos, l’exemple à citer reste la distribution du sukeru koor », notent ces travailleurs de la CENA.

A propos de cette distribution qui leur reste visiblement au travers la gorge, ces employés de la CENA de faire observer :  « Grands ont été la surprise et l’étonnement de constater que pour le sukeru koor 2017, deux de ses agents qui ont toujours émargé sur la subvention des 50 mille francs par personne ont été extraits pour être versés à la liste des membres et assimilés.

Ces  agents ont touché 100 mille francs soit le double de ce qui est accordé à la catégorie susvisée. Ainsi, nous posons la question à savoir en quoi ces agents que vous avez choisis dans le tas ont de particulier par rapport aux autres ?

Est-ce qu’ils sont plus diplômés que les autres ou bien est-ce qu’ils ont un volume de travail plus élevé que les autres ? ».

Ne lâchant le président de la structure, ces travailleurs mécontents renseignent qu’il est loin de traiter ses employés sur le même pied d’égalité. « Pour rappel en 2016,suite aux demandes d’augmentation de salaires et surtout aux nombreuses revendications de correction d’injustice notée en raison des disparités considérables entre les salaires des différents agents, une note a été adressée au personnel à l’effet de fournir des dossiers individuels comportant des Curriculum vitae et des diplômes obtenus, en vue d’une prise de mesure globale pour régler ces problèmes.

Contrairement à cette attente, les agents notent une discrimination faite entre les membres du personnel. En effet, des promotions ont été notées et continuent encore d’être enregistrées pour certains agents alors que le diplôme de base requis, c’est-à-dire le Baccalauréat », expliquent-ils.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*