Pourquoi Paris est impliqué dans l’enquête sur Skripal ? Moscou pose 14 questions à Londres

Le ministère russe des Affaires étrangères a dressé une liste de 14 questions concernant l’affaire Skripal dont certaines visent à savoir pourquoi les autorités britanniques ont décidé d’associer la France à l’enquête.

La diplomatie russe a publié sur son site une liste de 14 questions que Moscou a adressée à Londres en lien avec l’empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille à Salisbury.

1. Pourquoi la Russie se voit-elle refuser le droit d’accès consulaire à deux citoyens russes qui ont été blessés sur le territoire britannique?

2. Quels antidotes spécifiques et sous quelle forme ont-ils été administrés aux victimes? Comment ces antidotes se sont-ils retrouvés en la possession des médecins britanniques sur les lieux?

3. Pour quels motifs la France a été associée à la coopération technique dans l’enquête sur l’incident dans lequel des citoyens russes ont été blessés?

4. Le Royaume-Uni a-t-il informé l’OIAC [l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, ndlr] de l’implication de la France dans l’enquête sur Salisbury?

5. Qu’est-ce que la France a à voir dans l’incident avec deux citoyens russes au Royaume-Uni?

6. Quelles règles de la législation procédurale du Royaume-Uni permettent d’associer un État étranger à une enquête interne?

7. Quelles preuves ont été transmises à la France pour qu’elle étudie et mène sa propre enquête?

8. Des spécialistes français ont-ils participé à l’échantillonnage du matériel biologique de Sergeï Skripal et d’Ioulia Skripal?

9. Des spécialistes français ont-ils étudié des échantillons du matériel biologique de Sergeï Skripal et d’Ioulia Skripal, et dans quels laboratoires ces études ont été menées?

10. Le Royaume-Uni dispose-t-il des éléments de l’enquête française?

11. Les résultats de l’enquête française ont-ils été transmis au secrétariat technique de l’OIAC?

12. Sur la base de quels signes « l’origine russe » de la substance utilisée à Salisbury a été établie?

13. Le Royaume-Uni dispose-t-il d’échantillons de contrôle de l’agent de guerre chimique que les représentants britanniques appellent le Novitchok?

14. Le Royaume-Uni a-t-il développé des échantillons de l’agent de guerre toxique de type Novitchok (selon une terminologie britannique) ou ses analogues.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d’un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d’être derrière l’empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d’expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Par la suite, 18 pays de l’UE ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l’Ukraine, l’Albanie, le Monténégro et la Moldavie ont annoncé leur décision d’expulser des diplomates russes dans le cadre de l’affaire Skripal. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission russe auprès de l’Onu. Washington a par ailleurs ordonné la fermeture du consulat général russe à Seattle. Le nombre de diplomates expulsé dans le cadre de l’affaire Skripal avoisine désormais les 151 personnes du côté occidental et plus de 300 au total des deux côtés.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*