Poursuivi pour trois chefs d'inculpation: Habré risque le mandat de dépot.

La machine judiciaire s’emballe contre l’ex-chef d’Etat tchadien. En effet Hissène Habré fera face aujourd’hui au juge d’instruction près les chambres africaines extraordinaires. Si l’on se fie aux propos du procureur général qui faisait face à la presse hier, Habré sera , très vraisemblablement, placé sous mandat de dépôt, au vu des charges de crimes de guerre, de torture et de crime contre l’humanité qui pèsent sur lui.HABRE

L’épée de Damoclès est suspendu sur la tête de l’ex-homme fort du Tchad. Habré risque gros et sera vraisemblablement placé sous mandat de dépôt aujourd’hui.

Car il existe des indices graves concordantes de crimes de guerre crimes contre l’humanité et de tortures, a révélé le procureur général près les chambres africaines, justifiant ainsi l’arrestation musclée de Hissène Habré à son domicile dimanche dernier. ” C’est pour éviter tout trouble à l’ordre public que la dic a agi ainsi. Hissène Habré avait menacé de se tuer ou de tuer des gens le jour ou on viendra l’arrêter” a fait savoir M Fall. Sur la base des documents qui lui ont été transmis par la justice Belge, les magistrats du Tchad et les organisations des droits de l’homme ( Humans right, Amnesty international).

M. Mbacké Fall estime qu’il a tous les éléments nécessaires pour poursuivre et arrêter M. Habré. poursuivant son réquisitoire à charge, le procureur Mbacké Fall, entouré de ses collaborateurs, a indiqué que l’appareil répressif mis en place par Habré, était un appareil de terreur. ” Ce qui avait conduit à plusieurs centres de détention très exigus, doublé de mauvaise alimentation. Sans compter la chaleur accablante qui participait, en grande partie, au taux élevé de perte en vies humaines” , a t-il insisté, avant d’enfoncer le clou: ” C’est Habré lui même qui a crée la direction de la documentation et de la sécurité, et nommé ses agents dont il recevait régulièrement des rapports. Il avait connaissance des exactions commises par ses troupes”.

La DDS est notamment considérée comme étant à l’origine des exécutions et actes de torture à l’encontre des opposants d’alors. “Ces indices ont été découverts lors de missions récentes en Belgique – ou une instruction a déjà été menée à l’encontre d’Habré, à la suite d’une plainte d’un citoyen Belge – ainsi qu’au Tchad”, a déclaré le procureur. Avant de poursuivre que Habré sera présenté aujourd’hui devant un juge d’instruction au tribunal spécial qui décidera de son inculpation et de sa mise en détention préventive éventuelle.

Toutefois, il a tenu à préciser que cette affaire peut relever des surprises. ” Le juge d’instruction peut prendre un avis contraire à celui du parquet s’il n’est pas d’accord avec lui. Si, à la suite des investigations, le juge d’instruction estime qu’il y a lieu de renvoi devant la cour d’assises,, il prendra une ordonnance de mise en accusation et de renvoi devant la chambre africaine extraordinaire d’assises.

Par ailleurs, si une décision n’agrée pas l’une des parties,, celle là pourra faire appel auprès de la chambre africaine extraordinaire d’appel”, a dit M Fall. Une dizaine d’autres arrestations dont des parents et proches de Habré, un de ses neveux, sont annoncées. Un mandat d’arret international est déposé contre ces personnes citées. L’ancien président Tchadien est accusé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et de tortures.

REWMI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*