Presidentielle Malienne, Bruit de bottes aux frontières contre les Jihadistes

La Présidentielle Malienne prévue le 28 juillet prochain a fini d’installer la peur dans la sous-région. Pour parer à toute attaque surprise des « Jihadistes », le Sénégal a décidé de renforcer sa sécurité le long de ses vastes frontières avec le Mali et la Mauritanie.Fontière-Mali-Sénégal

Le Sénégal ne veut pas perdre le Nord à l’Est.

Déjà en proie, au Sud, à une crise qui continue de sacrifier ses enfants dans les tristes Champs… d’adieu de l’amère Casamance, l’Etat ne veut pas enregistrer des pertes de plus, surtout quand il s’agira, après coup, de pointer du doigt son laxisme. Une exigence de la charte fondamentale qui a justifié, il y a quelques mois l’implication politique et militaire du pays dans le cadre de la participation au règlement de la crise au Mali, par la voie de sa plus haute autorité.

Par le fait de menaces réelles de perpétration d’actes terroriste sur le territoire Sénégalais par la contamination avec le voisin de l’Est avec qui il partage ses trés vastes frontières, le chef de l’Etat avait pris ses responsabilités et déclaré à la face de l’Afrique des mots qui ont ébloui le monde. « L’offensive terroriste demeure sans conteste une menace direct contre le Sénégal. Donc, s’engager au Mali, c’est protéger le sanctuaire national, c’est aussi défendre la patrie. Il ne s’agit nullement d’une opération de maintien de la paix. C’est une guerre, mais une guerre juste. Une guerre du bien contre le mal », avait tonné Macky Sall, de tout son surpoids de Président de la République du Sénégal.

Source : L’OBS

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*