Procès Bettencourt : relaxe de l'ex-ministre Eric Woerth

778862-liliane-bettencourt-le-26-janvier-2011-a-parisLe député UMP de l’Oise et le gestionnaire Patrice de Maistre ont été relaxés dans le dossier «trafic d’influence» de l’affaire. Sept autres hommes, soupçonnés d’avoir profité de la richissime héritière de l’Oréal, vont à leur tour être fixés sur leur sort.

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a relaxé jeudi l’ex-ministre UMP Éric Woerth et Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de la femme la plus riche de France, Liliane Bettencourt, jugés en mars pour «trafic d’influence» dans un des volets de la tentaculaire affaire Bettencourt.

Les deux hommes, qui niaient formellement, étaient poursuivis pour avoir conclu un arrangement selon lequel Éric Woerth, alors ministre de Nicolas Sarkozy, aurait remis la légion d’honneur à Patrice de Maistre. En échange, ce dernier était soupçonné d’avoir fait embaucher l’épouse du ministre, Florence Woerth, dans sa société qui gérait les dividendes de Liliane Bettencourt, la richissime héritière de L’Oréal. Le procureur avait lui-même requis la relaxe «faute d’éléments à charge suffisants».

Ils sont également poursuivis avec huit autres personnes dans le volet «abus de faiblesse» commis au détriment de Liliane Bettencourt. Les juges bordelais doivent maintenant rendrent leur verdict dans ce volet de l’affaire après s’être plongés pendant près de cinq semaines dans les déchirements familiaux et luttes de clans autour de la femme la plus riche de France (36 milliards d’euros). Le tribunal a notamment tenté de démêler les dons et legs de la 10e fortune mondiale à son entourage, des largesses – se comptant parfois en centaines de millions d’euros – qui ont pu lui être soutirées alors que son état de santé déclinait.

LIBERATION avec AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*