Procès karim : Confrontation avec le témoin

Pouye pointe la mémoire défaillante de Patricia Lake Diop
Par Bastien DAVID – Après Karim Wade, son co-prévenu se présente à la barre pour répondre à la confrontation avec le témoin.

Loin de se dérober, il affirme face à Patricia Lake Diop : «On se connaît bien». Lui reprochant de n’avoir pas de mémoire puisqu’après s’être rencontrés à maintes reprises, Patricia Lake Diop n’est pas en mesure de restituer la date de leur rencontre bien qu’elle admette que c’est Karim Wade qui les a présentés.

Sur le lieu de cette rencontre : «Je ne m’en souviens pas, mais c’était dans le bureau de Karim». Elle demeure évasive, surtout quand le prévenu souligne que lors de la constitution d’Ahs en 2002, Karim Wade n’avait pas encore investi son bureau de l’immeuble Tamaro édifié en 2005. 

Pape Mamadou Pouye arrive au bout de ses peines quand il parvient à faire affirmer à la notaire «en vogue» pour reprendre l’expression utilisée par Bibo Bourgi que Karim Wade ne lui a jamais recommandé Pape Mamadou Pouye pour la constitution d’Ahs.

Invité à poser des questions à Patricia L. Diop : Karim : «Je voudrais qu’on parle des 117 milliards»

La partie civile ayant épuisé ses questions au témoin Paricia Lake Diop, la défense ne manisfeste pas le besoin d’y ajouter quelque chose. Le président de la Cour ravive l’émotion de l’assistance en convoquant Karim Meïsa Wade à la barre afin de lui permettre de poser des questions au témoin. Wade-fils, ravi à son habitude de fendre le murmure et l’agitation qui accompagnent ses pas, arrive à la barre non sans avoir courtoisement salué le témoin. 

Sur les débats en cours depuis deux jours, il n’a aucun commentaire à faire. Par contre, il maintient la position qu’il observe depuis le 31 juillet dernier : «Non, je n’ai aucune question sinon que je suis poursuivi pour 117 milliards et jusqu’à présent, les sommes dont on parle ne représentent que 0,0017 fois le montant du patrimoine. Je voudrais qu’on parle des 117 milliards. Le Parquet spécial, montrez-moi les 117 milliards». 

Le président Henri Grégoire Diop réitère sa proposition : «Voulez-vous lui poser des questions ?» Avec assurance, il continue sur sa lancée : «Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur le Président, je voudrais qu’on me montre les 117 milliards. J’ai l’impression qu’à chaque fois que nous parlons de milliards, ça gêne. Allons, cherchez les milliards». 

Sa proposition de faire le voyage à Singapour ou à Monaco restera sans réponse, tant le brouhaha déclenché par ses partisans et avocats n’ont pas permis de rendre audible la réaction de la Cour à son endroit. 

L’homme, qui semble croire qu’il mène la danse, regagne le réduit des accusés sous les vivats de ses inconditionnels.

bdavid@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*