Projets de réforme initiés concernant les magistrats: L’Ums les désapprouve

union-des-magistrats-du-senegalFace à la presse ce lundi, l’Ums a désapprouvé les projets de réformes initiés qui concernent les magistrats.

Selon les magistrats, l’assemblée générale qui est l’instance suprême de leur association, s’est réunie le 26 novembre 2016 et a désapprouvé lesdits projets , particulièrement celui portant statut des magistrats dont l’article 65 a été modifié dans le sens d’allonger l’âge de la retraite pour le premier président de la Cour suprême, le Procureur général près ladite cour, les présidents de chambre de ladite cour et les premiers présidents des cours d’appel et procureurs généraux près lesdites cours.

Cette position de fermeté de l’assemblée générale recoupe celle déjà exprimée par le bureau exécutif et les comités de ressort et de juridiction. Une telle disposition concerne uniquement 18 magistrats sur 500 environs et risquerait si l’on y prend garde, de diviser la magistrature en deux blocs. C’est pourquoi le bureau exécutif de l’Ums soucieux de l’unité des magistrats et renforcement de l’indépendance de la magistrature, en appelle si besoin en est, au sens élevé des valeurs cardinales auxquelles la République du Senegal est adossée.

Il est certain, selon eux, que le vote de ce projet de loi organique tel que présenté, plongerait à jamais la magistrature dans une situation de bipolarisation, et constituerait un facteur de fragilisation et de domestication de la justice. C’est pourquoi face à cette menace réelle dont les prémices sont nettement perceptibles, le bureau exécutif ne cesse de tirer la sonnette d’alarme et de prévenir les autorités particulièrement le Président de la république sur les conséquences néfastes que cette réforme pourrait engendrer.

Harouna Fall

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*