Quand Idy Diop, Thione Seck, Cheikh Tidiane Tall, Daddy Bibson… parlent, les fossoyeurs de la musique s’affolent

conférence de presse chez Thione SeckDepuis leur conférence de presse chez Thione Seck, des artistes comme Idrissa Diop, Cheikh Tidiane Tall, Thione Seck, Alioune Kassé, Daddy Bibson, Max Creazy et les autres dénonçant le népotisme, le copinage dans le secteur de la musique, particulièrement du Bsda, des fonds de la Banque mondiale alloués à la musique dilapidés par des formations au rabais, le camp des hâbleurs ou le banc des accusés, a perdu le sommeil.

Le groupuscule qui a tenu en otage l’Association des métiers de la musique (Ams) depuis plus de 13 ans, ne sait même plus où donner de la tête.

Aziz Dieng, Pca du Bsda, Président de l’Ams, Conseiller technique du ministre de la Culture, Max Thiam, ce «petit musicien» de Thiès comme il se surnomme, et leurs complices sont aux abois.

Le Petit Max reprend la plume sous la dictée du cumulard Aziz Dieng à travers une contribution intitulée «Ça vole bas (fly on, so down)» du mercredi 17 juillet 2013 dans le journal Le Quotidien pour dire que les auteurs des accusations portées contre Aziz Dieng et compagnie sont passibles à la Crei, lisez le Secrétaire général de l’Association des métiers de la musique, Monsieur Guissé Pène dans le quotidien l’Enquête du mardi 16 juillet 2013.

Le journaliste l’interroge : «Est-ce que l’Ams a bénéficié de la somme d’un million deux cent mille dollars de la Banque mondiale pour soutenir la musique sénégalaise ?»

Monsieur Guissé Pène répond : «A l’époque, j’étais le trésorier de l’Ams. Mais l’argent a été placé dans un sous-compte qui a été créé. C’est ce qui a fait que je ne voyais pas l’argent. J’avoue qu’il y a eu beaucoup d’argent qui a circulé au niveau de l’Ams, et il y a eu plusieurs sous-comptes qui ont été créés et que je n’ai pas pu consulter.

C’est ce qui a fait qu’au renouvellement du bureau, j’ai démissionné parce que cela ne servait à rien pour un trésorier qui ne voit pas l’argent. Il y avait quand même une certaine nébuleuse dans cette affaire qu’il faut clarifier en toute légitimité. Je rejoins Thione Seck pour que des comptes soient demandés à ceux qui ont géré ces fonds. A savoir Aziz Dieng, Daniel Gomez et compagnie.» Quel courage, Monsieur Guissé Pène. Alors, Petit Max, qui doit passer à la Crei ?

C’est ça que Thione Seck, Idrissa Diop, Cheikh Tidiane Tall et les rappeurs ont posé comme questions et vous les pourfendrez. Mais comment 7 à 8 personnes utilisent des fonds destinés à des centaines d’artistes-musiciens et montent des projets et programmes à leur nom sans qu’ils ne soient au courant depuis 1999, date de création de l’Ams. Les artistes ont le droit de demander d’auditer Aziz Dieng et ses complices à l’Ams.

Par ailleurs, vous dites «force est de reconnaître que Abdoul Aziz Mbaye est le premier ministre de la Culture à avoir déclaré publiquement que l’installation de la société de gestion constitue pour lui une priorité». Et qu’est-ce qui est fait ? Rien. Le ministre Mbaye est au stade de déclarations et ses prédécesseurs ont conduit ce dossier de société de gestion jusqu’au vote par les députés et les décrets d’application.

Qu’attend le ministre fêtard ?

Thuriféraire de l’actuel ministre de la Culture, Petit Max sachez que ce ministre Abdoul Aziz Mbaye est le plus incompétent des ministres de la Culture de l’histoire du Sénégal. Il manque de générosité en bloquant depuis 6 mois les salaires des animateurs culturels contractuels et agents du ministère, il accapare le budget destiné aux programmes des directions et services du ministère pour sillonner avec son groupe d’amis saupoudrés par quatre collaborateurs, quelques régions au nom de la prétendue manifestation de diversité culturelle. Sur ses sorties publiques, le ministre vole bas et s’énerve vite.

Ensuite, il est déconnecté des réalités socioculturelles, il polémique trop, engueule toujours, sous-estime ses agents, fait du «tesseinté», des disputes de borne-fontaine. Sa vision de la culture est étriquée et statique au grand dam du Président Macky Sall dont la vision stratégique de la culture, étoffée, force le respect. Monsieur Mbaye veut réinventer la roue alors que ses prédécesseurs ont fait un travail très avancé.

Ce que les artistes et acteurs culturels demandent, l’application de la loi sur la Société de gestion collective, l’application de la convention sur la protection sociale des artistes et leur statut, l’émergence de l’économie de la culture pour répondre aux exigences du programme Yonou yokkuté.

Pour répondre aux interpellations à l’endroit de Aziz Dieng par Thione Seck, Idrissa Diop, Cheikh Tidiane Tall que j’ai relayées suite à votre attaque contre Idrissa Diop, vous me répondez : «Venez prendre sa place, ‘’petit grand’’, nous vous laisserons les postes, les rôles, les privilèges et même les honneurs.» Vous trahissez ainsi votre état d’esprit, celui du groupuscule opportuniste. C’est comme ça que vous fonctionnez, pour l’intérêt de privilèges et non l’intérêt général.

C’est vous qui le dites. Vous opérez toujours comme ça avec Aziz Dieng. Les artistes-musiciens et acteurs l’ont compris et vous êtes démasqués. C’est pourquoi Thiès pleure toujours un digne représentant dans le secteur de la musique. Ma Sané et le groupe Waflash ont été victimes de votre démarche cachotière, cavalière et non prospective, compromettant ainsi l’avenir national, régional et international du groupe de la cité du rail.

Vous écrivez «Idy-Santana Diop».

Vous convoquez Santana. Pourquoi ?

Faute d’argument ?

Carlos Santana à ce que je sache est son ami et ils ont fait ensemble des sons. Que vient faire d’ailleurs Santana dans un débat national. Autre choses, que vous le vouliez ou non, Idrissa Diop a gratifié les mélomanes des productions musicales de haute facture, des clips artistiquement bien réalisés.

A cela s’ajoutent sa fameuse tournée sur Musique et Education, appuyée par une fondation de téléphonie mobile et son programme «Marathon musical» qu’il a dirigé avec Habib Faye. Ce fut un grand moment de rendez-vous musical de toutes les générations. Le reste n’est que du verbiage qui ne mérite pas de réponses.

Culturellement vôtre

Mamadou Sangoné MBAYE
Collectif des artistes et acteurs
culturels Caac

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*