Que fait le FMI de l’argent des intérêts qu’il perçoit ?

CC – Flickr – georgetikis

Au CADTM, on sait trop bien ce que c’est d’être flippéE, voire découragéE, par toutes ces questions sur lesquelles on sèche. Du coup, inspiréEs par nos meilleurEs piqueurs et piqueuses (notre famille, nos potes, le pizzaiolo d’en face, les gens que l’on rencontre en animation), le CADTM Liège a organisé plusieurs sessions d’élaborations collectives d’éléments de réponse à ces piques (qu’elles soient d’ordre technique ou plus « politique »).

Ce travail a engendré une brochure que vous pouvez retrouver en entier ici.

D’où vient l’argent que le FMI utilise pour réaliser ses prêts ?

  • De son système de quote-part où chaque État (le FMI compte 187 États membres) contribue au fonds financier du FMI, ce qui constitue une manne très importante (300 milliards $).
  • Du recours à des emprunts supplémentaires envers les grandes puissances économiques (+- 50 milliards $).
  • Des intérêts dont on parle ici (à travers des prêts ou des produits financiers complexes), souvent usuraires pour des pays en crise |1|.

Par ailleurs, le FMI est le 3e plus grand détenteur d’or au monde puisque des pays ont payé leur cotisation via ce métal précieux. Ces réserves n’interviennent pas dans les prêts du FMI mais elles lui confèrent une stabilité et stature essentielles sur la scène internationale.

Sur l’ensemble des prêts qu’il a octroyés à des pays en « crise de la dette » entre 2010 et 2014, le FMI a réalisé un bénéfice total de 8,4 milliards €. Plus d’un quart vient de la Grèce (2,5 milliards €).


Que fait-il de cet argent ?


1) Accroître sa capacité de crédit

Pour prêter encore plus et, ainsi, étendre encore davantage son activité néfaste.


2) Couvrir ses frais

Ou assurer le fonctionnement onéreux de son organisation.

Il s’agit notamment de couvrir les frais :

  • – de ses 2 700 hauts fonctionnaires ;
  • – des cadres dirigeantEs (salaires, avantages et prises en charge), parmi lesquels la directrice Christine Lagarde, dont le salaire en 2012 s’élevait à 381 000 € sur l’année (net d’impôt !).


3) Spéculer et investir dans des produits dérivés

… bien que ces pratiques aient été une des causes majeures de la crise financière de 2008.


4) Couvrir les pertes dues aux allègements de dette (initiatives PPTE, IADM, etc.) et aux défauts de paiement

En 2014, le fonds destiné à couvrir ces « pertes » totalisait 19 milliards €.


En somme…

Le FMI utilise les recettes tirées des intérêts que paient des pays en crise pour renforcer sa propre action et le système au service duquel il travaille… qui sont à la source des crises qui frappent les pays !

Le plus vicieux avec les prêts du FMI ce ne sont pas tant les taux d’intérêts, mais bien lesconditionnalités qui y sont systématiquement associées. Il s’agit des plans d’ajustement structurel (au Sud) et des plans d’austérité (au Nord). Conditionnalités qui, à leur tour, ont pour effet d’augmenter l’endettement des pays sous son joug.
Avec la crise qui a éclaté en Europe en 2008, le FMI se refait une nouvelle jeunesse ! |2|

Notes

|1| Le FMI applique un taux d’intérêt effectif de 3,6 % sur ses prêts à la Grèce. Ceci est beaucoup plus que le taux de 0,9 % dont l’institution a actuellement besoin pour couvrir ses frais.

|2| Le montant total des prêts du FMI s’élevait à 107 milliards $ en 2003 ; à 16 milliards en 2007 (époque à laquelle il licenciait 15 % de son personnel et vendait son stock d’or) ; et à 369 milliards aujourd’hui après que la « crise » soit passée par là…

In the Spotlight

La Turquie annonce préparer l’invasion de la Grèce

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Délivrant, au congrès provincial d’Eskişehir de l’AKP, un discours sur l’invasion actuelle de la Syrie par l’armée turque (opération Rameau d’Olivier), le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré, le 17 février 2018 : « Ceux qui pensent [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*