Racisme : 5000 personnes ont défendu la coupe afro

CHEVEUX AFRO DEFENSEEn Afrique du Sud, une pétition a atteint au moins cinq mille personnes ce lundi pour autoriser des lycéennes noires à porter leurs cheveux “au naturel”.

Les auteurs de la pétition qualifient de “raciste” une décision qu’aurait prise la direction d’un lycée privé de Pretoria pour interdire les jeunes filles de porter des coupes afro.

Le règlement intérieur de l’école, décrié par les pétitionnaires, oblige aussi les jeunes filles à lisser leurs cheveux et à les attacher.

Le code de conduite de l’établissement scolaire comprend une liste détaillée de règles sur les cheveux, mais il ne fait pas spécifiquement mention de la coiffure afro, a appris la BBC.

Des vidéos et des photos montrant une manifestation des filles ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux, ce weekend, par des Sud-Africains révoltés par la décision en question.

Le ministre provincial de l’éducation, Panyaza Lesufi, est allé voir les responsables de l’école, ce lundi.

Divisions raciales

Il aurait été demandé aussi aux élèves de ne pas parler des langues africaines dans l’enceinte de l’établissement scolaire, a dit M. Lesufi avant sa visite.

Le hashtag #StopRacismAtPretoriaGirlsHigh a été utilisé par les Sud-Africains pour dénoncer les responsables de ce lycée pour jeunes filles.

La politique de ségrégation raciale en Afrique du Sud a officiellement pris fin en 1994.

Mais les divisions raciales restent un problème majeur dans ce pays où de nombreux étudiants dénoncent le racisme et l’absence de transformation raciale dans les universités.

Des écoles accusées de racisme ont été fermées en Afrique du Sud après la fin du régime de ségrégation raciale, selon un correspondant de la BBC.

No Picture
In the Spotlight

«Vivre riche» en Côte d’Ivoire -Médiapart

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par Tënk & Mediapart « Rolex le Portugais » et ses amis ne sont pas des enfants de chœur : à Abidjan, ils vivent d’arnaques aux Européens et le justifient par « un retour de la dette coloniale ». Mais [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*