Ramadan révolutionnaire : un an de prison pour quiconque ne jeûne pas !

 

Un comité juridique aux ordres des groupes armés à Alep a
décidé d’emprisonner pour un an « quiconque ne jeûne pas durant le mois de
ramadan et qui l’affiche publiquement », une décision qui a suscité la
polémique dans les régions contrôlées par l’opposition.ramadan ou prison

Le comité précité a
quant à lui justifié sa décision, rappelant que celle-ci figure dans « la
 loi pénale arabe unifiée » émanant de la Ligue arabe.

Le conseil juridique unifié de l’opposition syrienne,
dont le siège se situe au quartier Al-Ansari à Alep a insisté dans un avis
portant le numéro 23 sur « l’interdiction de s’abstenir de jeûner le mois
 de ramadan sans aucune raison valable, et rappelle que la loi pénale arabe 
unifiée adoptée doit être appliquée par le conseil, et cette loi est puisée de
 la charia islamique. Sur ce, quiconque s’abstient de jeûner et l’affiche 
publiquement sera condamné à un an de prison ». Toutefois, le même conseil
 a exclu de cette « fatwa » les combattants qui constituent « un 
cas exceptionnel », les appelant à ne pas afficher publiquement leur
 rupture du jeûne.
Et le conseil d’ajouter que cette décision est entrée en
vigueur à la mi-octobre dernier.
Cette loi a suscité des réactions opposées dans les rangs 
des partisans de l’opposition. Un certain Mohammad ElKasb a posté sur la page
 de socialisation Facebook du conseil : « C’est une loi laïque et n’a
rien à voir avec la charia islamique. La charia est un ensemble de lois et de 
décrets, ne vous laissez pas tromper par les laïcs ».
Un autre internaute « Fadi S. I. » a 
ironisé : « Sera exclu de cette sanction celui qui paie une expiation équivalent à un site industriel qui peut être démantelé et vendu dans les marchés du voisin 
turc », en allusion aux vols systématiques par les groupes armés des
 industries situées à Alep, estimées à un millier par le gouvernement syrien, et
 dont les équipements ont été vendus à la Turquie.
Pour sa part, « le comité légal » de
l’opposition à Alep a soutenu sur sa page sur Facebook la décision du
« conseil », considérant que l’abstention de jeûner est un grand 
crime. Ce comité a été formé suite à un accord entre plusieurs groupes
« islamistes » de l’opposition en Syrie, dont notamment la brigade
 Attawhid et le front Al Nosra.
Les groupes armés de l’opposition contrôlent la plupart
 des régions de la campagne d’Alep, et la moitié de la ville d’Alep du côté
 nord-Est. Ils y établissent des tribunaux et des comités distincts, selon
 l’identité du groupe qui contrôle telle ou telle région.
In the Spotlight

Revue de Presse Français Walf TV du Jeudi 27 Juin 2019

by bishba in AUDIOS & REVUES DE PRESSE 0

Related Posts:Rappel À Dieu De Sidy Lamine NIASS : Retour Sur Une…DIRECT Alain Juppé : «Une fois pour toutes, je ne…FRANCE-SENEGAL : La Recolonisation En Marche (DOSSIER)Direct - Emmanuel Macron : «Je mettrai tout mon [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*