RAPPEL À DIEU DE SERIGNE BASSIROU BARA LE KHALIFE GENERAL DES MOURIDES PERD SON DEMI-FRERE

Fils de Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké et de Sokhna Maguette Lo, Serigne Bassirou Bara a tiré sa révérence ce jeudi 23 Novembre 2017 aux environs de 19heures des suites d’une courte maladie. Il a été enterré vers les coups de minuit au cimetière Bakhiya. Plus connu sous le pseudo de Serigne Bassirou Building, il était un homme pieux, un fervent disciple de Cheikhoul Khadim.

Il avait pour son aîné, Serigne Fallou, une grande affection et un immense respect. Celui-ci lui rendait bien ces sentiments qui, au demeurant, lient tous les membres de la famille de Khadimou Rassoul. Serigne Fallou a un jour interrompu un de ses sermons à la Grande Mosquée pour donner à Serigne Bassirou, qui venait d’arriver, le temps de s’installer.

Peut-on faire mieux comme preuve de respect et de considération? Il n’est pas exagéré de dire qu’entre Serigne Fallou et son cadet, Serigne Bassirou, il existait une forme de complicité qui faisait que jamais l’un n’entreprenait quoi que ce soit sans prendre l’avis de l’autre. Ce fils de Serigne Touba qui n’a pas eu à assumer les fonctions de khalife nous a laissé le souvenir d’un homme qui avait la réputation, par le fait de sa seule présence, de répandre le bonheur autour de lui.

Serigne Bassirou, connu pour son immense érudition, nous a surtout laissé un ouvrage majeur, MINANUL BÂQIL QADIM, irremplaçable pour l’étude de l’hagiographie de Serigne Touba. Pour rappel Serigne Bassirou Bara est le frère de Serigne Sidy Moctar Mbacké, actuel khalife général des mourides et c’est lui qui devait le succéder. Mais, le sort en a décidé autrement.

Paix à son âme

Jusque-là presque méconnu du grand public, le successeur du khalife général des mourides Serigne Bassirou  Bara  Mbacké a été rappelé à Dieu hier, jeudi 23 Novembre 2017 à Touba.

Fils de Serigne Bara Mbacké comme l’actuel khalife général des mourides dont il était le demi-frère,  Serigne Bassirou Bara Mbacké était le plus âgé des petits-fils de Khadimou Rassoul après le khalife général des mourides. Intellectuel et très éveillé, il était âgé de plus de 80 ans.

Pour rappel, Serigne Bassirou Bara Mbacké a fait ses dernières apparitions publiques lors du dernier Grand Magal de Touba. C’était d’abord pour accueillir le Président Macky Sall, en l’absence du Khalife Général des Mourides empêché, et ensuite pour présider la cérémonie officielle.

La triste nouvelle a pris d’assaut la Communauté musulmane. Notamment, Touba, capitale du «Mouridisme». En effet, Serigne Bassirou Bara Mbacké vient d’être rappelé à Dieu.

Très effacé, Feu le frère du khalife général des «Mourides» avait reçu le Président de la République, à la veille de l’édition «2017» du «Magal» de Touba.

Ce, en l’absence du Saint homme, Serigne Sidy Moctar Mbacké, qui était en proie à quelques soucis de santé.

La Rédaction de Actusen.com présente ses condoléances les plus sincères à toute la Communauté musulmane et prie le Seigneur de recevoir en son paradis céleste Serigne Bassirou Mbacké.

RAPPEL À DIEU DE SERIGNE BASSIROU BARA MBACKE, QUI ÉTAIT «BASSE BUILDING»

Petit fils de Serigne Touba, Serigne Bassirou Bara Mbacké est fils de Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké Ibn Cheikhoul Khadim et de Sokhna Maguette Lô. A 87 ans (il est né vers 1930), Serigne Bassirou Bara devait être le successeur immédiat du Khalife général des mourides, Serigne Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké.

Mais le destin en a décidé autrement. Il était parmi les trois prochains éventuels successeurs du patriarche de Gouye Mbind. Doyen des petits-fils de Serigne Touba après le Khalife, il est son frère cadet à qui il voue un respect sans limites.

«Pour ce qui est de Cheikh Sidy Moukhtar, qui représente à nos yeux aussi bien notre père Serigne Bara que Serigne Touba, je n’ai jamais vu quelqu’un de plus vertueux, de plus éminent, de plus pieux et de plus attaché à l’adoration de Dieu. Je lui ai fait allégeance pour toujours et me suis attaché à lui à jamais. Je lui ai entièrement confié ma personne, lui laissant toute latitude d’en faire ce qu’il voudra», aimait-t-il rappeler.

Le défunt vice-Khalife général des mourides est un intellectuel connu sous le patronyme de «Bass Building», pour avoir travaillé dans l’Administration sénégalaise pendant longtemps. Son bureau se trouvait au building administratif, siège du gouvernement aujourd’hui en réfection. C’est peut-être ce qui justifiait ses rapports avec les Présidents Senghor et Diouf avec qui il entretenait de bonnes relations. A sa retraite, Serigne Bassirou a émigré au Canada où il a vécu pendant une dizaine d’années. Son implication dans la gestion administrative de la ville de Touba était remarquable.

«Après avoir quitté la maison de Serigne Bassirou Mbacké, il est allé s’installer à Dakar jusqu’à sa retraite de la fonction publique. Il s’est alors installé à Hlm Guédiawaye et s’est exclusivement réservé à la religion et au Mouridisme. Il s’est beaucoup investi dans l’éducation des jeunes à Dakar et dans les daaras», témoigne Abdou Khadre Bâ, petit-fils et proche de l’homme. Outre les daaras et les dahiras, les travaux champêtres étaient  aussi son domaine de prédilection, avec ses champs implantés à Mbacké Kadior, Nguedel Lô, Louga et même au Cap-Vert.

Serigne Bassirou Bara est le guide spirituel du lutteur Oumar Sakho dit Balla Gaye 2. Le fils de Double Less lui a prêté allégeance alors qu’il était mécanicien. Il lui avait prédit qu’il serait roi des arènes. Il a récemment prié pour qu’il le redevienne encore, c’était au mois de juillet dernier. Le marabout avait assisté au baptême de sa fille Sokhna Gagnessiry du nom de la mère de Boury Bathily.

Balla Gaye 2 : «Il est avant tout mon père avant d’être mon guide spirituel. Ce n’est pas avec la lutte que j’ai prêté allégeance auprès de lui. C’est bien avant que je sois lutteur que je me suis orienté vers lui». Serigne Bassirou Bara a été un miraculé qui a commencé à parler à l’âge de 12 ans.

«Quand je m’apprêtais à aller au daara à l’âge de huit ans, ma mère m’a amené chez Serigne Fallou Mbacké pour lui faire part de mon cas. Serigne Fallou a promis que ma langue serait dénouée et que je parviendrai à parler. Il a sorti de la cola de sa bouche qu’il a introduite dans la mienne», a-t-il témoigné lui-même, lors du baptême du fils de Balla Gaye 2. «Tu parleras et seras utile aux populations», lui avait prédit Serigne Fallou.

Borom Hlm Guédiawaye a été un érudit. Le Saint homme a appris les préceptes de l’Islam auprès de Serigne Bassirou Mbacké (1895 – 1966), fils de Serigne Touba connu pour son immense érudition et auteur de l’ouvrage Minanul Bâqil Qadim. Il a été élevé par celui-ci qui l’a confié à Sokhna F. à Kayel. C’est plus tard qu’il sera amené à Mboul, à l’âge de 12 ans où il rencontra Serigne Abo et Serigne Bass Khoudia.

Il y séjourna avec la famille de Serigne Bassirou auprès de Serigne Modou Ablaye, Serigne Cheikh, Serigne Moussa, entre autres. C’était vers les années 1949. Après deux ans de séjour, il quitta Mboul pour Labé où il resta durant quatre ans avant de revenir à Ndiarème.

Son enfance, il l’a passée auprès d’illustres personnalités de la Mouridya, parmi lesquelles Serigne Mouhamadou Lamine Diop Dagana, un des proches du fondateur du Mouridisme, Serigne Abdou Latif Mbaké Ibn Mame Mor Diarra, entre autres.

Une éducation qui a fortement influé sur son caractère car connu pour sa discrétion, sa simplicité, mais également son sens élevé de l’hospitalité et son amour ardent pour Cheikh Ibrahima Fall Lamp, fondateur de la branche des Baye Fall.

Le défunt vice-khalife de Touba a eu les qualités essentielles d’un guide : humilité, fidélité en amitié et loyauté sont les autres traits de caractère de l’homme.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*