RASSEMBLEMENT CONTRE « CHARLIE HEBDO » UN DRAPEAU FRANÇAIS BRULE

RASSEMBLEMENT CONTRE « CHARLIE HEBDO »
RASSEMBLEMENT CONTRE « CHARLIE HEBDO »
RASSEMBLEMENT CONTRE « CHARLIE HEBDO »

Pressenti pour être le plus grand rassemblement (au Sénégal) contre les attaques du Prophète Mohamad (Psl) par le journal satirique français, ce sont quelques milliers qui ont répondus présent à l’appel de la Plateforme africaine pour le développement et les droits humains (Pladh), le samedi 24 janvier, à la place de l’Obélisque (Dakar). Y ont pris part des autorités administratives, religieuses et coutumières, entre autres. En marge de ce rassemblement un drapeau français a été brulé.

Le dernier numéro de la parution du journal satirique français ‘’Charlie Hebdo’’ caricaturant le prophète Mohamad (Psl) tiré à plus de 3 millions d’exemplaires, continue de susciter colère et indignation auprès du monde musulman et des hommes épris de justice et de paix à travers le monde. Et de ceux là, les musulmans du Sénégal en général, de Dakar en particulier ne sont pas en reste. Le samedi 24 janvier dernier, ils étaient encore nombreux à répondre à l’appel de la Plateforme africaine pour le développement et les droits humains (Pladh).
Ce rassemblement tenu à la place de l’Obélisque a vu la participation des autorités administratives, religieuses et coutumière. Les slogans étaient unanimes, samedi après-midi à la place de l’Obélisque à Dakar: «Je ne suis pas Charlie, J’aime le prophète», «Je respire Mohamad», «Liberté d’expression n’est pas synonyme d’insulte», «ça suffit maintenant, Charlie hebdo», «Touche pas à mon prophète», «Je suis musulman, Je suis Mouhamed Coulibaly, merci les frères Kouassi», pouvait-on lire sur les pancartes.
Dans la délégation conduite par le Premier ministre, Mahamed Boun Abdallah Dionne, il y avait, entre autres, Augustin Tine, ministre des forces Armées à ces côtés, Mor Ngom, Awa Gueye, premier vice-président de l’Assemblée national, Seydou Gueye… Du côté des religieux, on note, entre autres, Oustaz Alioune Sall, l’un des animateurs de ce rassemblement, Imam Abdoulaye Diène suppléant directe de l’imam ratib de la grande mosquée de Dakar.
Abdoulaye Mactar Diop, Grand-Serigne de Dakar était de la partie. Dans son allocution, il a accusé directement les hommes politiques français, en mal de popularité et surtout de conviction religieuse, d’attiser le feu  au péril de la stabilité mondiale. Et cela, fera-t-il remarquer, «est tout simplement inacceptable». A «ces athées», dira-t-il, «Oui l’Islam est une religion de paix, mais à condition que celle-ci ne soit pas bafouée. Vous nous avez attaqué par le verbe, nous vous répondrons coup par coup par le verbe». Toutefois, il a invité ces coreligionnaires à faire la part des choses. A ces yeux, «les catholiques ne sont ni de près ni de loin impliqués ou concernés par cette désinvolture des hommes sans foi ni loi français, qui ne vivent que par des tensions, des troubles, des guerres».
Oustaz Alioune Sall, prêcheur à Sud Fm, tout comme, Abdoulaye Diène, représentant de l’imam ratib de Dakar déclarent: «Dans le journal, il est clairement écrit un journal irresponsable. A partir de ce moment comment peut-on prendre en compte les écrits de ce journal, alors que nous sommes pleinement responsables. Nous avons une foi, une religion, un Prophète (PSL)». Et, poursuivent-ils, «ils caricaturent quelqu’un qui n’a pas d’image, qu’ils n’ont jamais vu, entendu. Et ils prétendent le connaitre au point de lui donner une image. Nous sommes des hommes instruits, nous allions raison et foi. Par conséquent nous savons qui nous sommes, d’où est-ce que nous venons et où nous irons». Mieux, feront-ils remarquer, «il nous faut le leur montrer par notre vécu quotidien, que nous sommes des hommes de foi, de religion, de lumière, de paix…». A ce rassemblement, étaient présent entre autres politiques de l’opposition Mamadou Lamine Diallo (Tekki), Mamadou Diop de croix (AJ/PADES), Djibo Leyte Ka (URD), Pape Diop (CD/BG).
En marge de ce rassemblement un drapeau français a été brulé.

Jean Pierre MALOU

In the Spotlight

Concours général : Ces impairs qui grippent la machine

by bishba in Education 0

L’image du Concours général s’effrite davantage. Cette année, les épreuves de Maths puisées dans le Net ont poussé parents et candidats à demander la reprise de l’examen. Mais au-delà, ce manquement noté met à nu [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*