RDC: deux assaillants brûlés vifs après une attaque contre la ville de Beni

Beni-en-RDCDeux assaillants ont été brûlés vifs par la population après une attaque menée dans la nuit de vendredi à samedi contre la ville de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources officielle et militaire.

L’auditorat militaire a été attaqué vers 21h00 par des assaillants qui ne sont pas encore connus. Ils ont été repoussés par l’armée, a déclaré à l’AFP le maire de Beni, Bwanakawa Nyonyi.

Arrivé au petit matin, la population a brûlé deux de ces assaillants et trois sont entre les mains de l’armée. Les deux assaillants qui ont été brûlés ont été surpris dans le coin d’une parcelle par la population, a précisé le maire.

Le colonel Célestin Ngeleka, porte-parole de l’opération militaire Sokola (nettoyez, en lingala) – qui cible les groupes armés du territoire de Beni, dont les rebelles musulmans ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) -, a confirmé l’attaque de la nuit.

Les ADF ont encore fait une incursion dans la ville de Beni en voulant libérer les leurs à la prison centrale de Kangway et à l’auditorat militaire. Ils ont été repoussés par nos forces et nous sommes à leur poursuite, a-t-il affirmé.

Selon lui, deux assaillants ont été brûlés vifs par des civils et un autre a été tué par balle par l’armée, qui compte dans ses rangs un militaire blessé par arme blanche. Par ailleurs, huit [rebelles ont été] capturés avec leurs armes blanches: flèches et machettes, a-t-il souligné.

Beni est le chef-lieu du territoire de Beni. Cette importante place commerciale pour la région de l’est se situe à environ 250 km au nord de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, où de nombreux groupes armés locaux et étrangers sévissent depuis parfois 20 ans.

Ce territoire a été le théâtre d’une série de massacres qui ont fait plus de 260 morts depuis octobre. Les tueries sont attribuées à l’ADF, hostile au président ougandais Yoweri Museveni et présente depuis 1995 dans une région montagneuse de l’est congolais frontalière de leur pays d’origine.

Samedi dernier, l’armée et la Mission de l’ONU (Monusco) ont lancé une grande offensive contre l’ADF. Depuis janvier, cette rébellion avait perdu ses grands bastions mais elle a repris l’initiative suite à un relâchement des attaques des soldats congolais et des Casques bleus.

AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*