RDC : La ferme de Moïse Katumbi perquisitionnée

moise katumbiAlors qu’il est convoqué ce lundi 9 mai par le Parquet général près la Cour d’appel de Lubumbashi afin d’être entendu sur l’affaire de supposé recrutement de mercenaires étrangers, Moïse Katumbi a vu une de ses fermes être perquisitionnée ce samedi.

Ce samedi 7 mai en fin de matinée, des agents de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR), la plupart habillés en tenue civile, accompagnés d’éléments de la Garde présidentielle, ont fait irruption dans la ferme « Futuka », située à une vingtaine de kilomètres de Lubumbashi et appartenant à Moïse Katumbi. L’information a été même confirmée par des sources judiciaires proches du dossier.

Selon des témoins, tout le personnel de la ferme a été ligoté et placé dans une paillote située à l’entrée de la ferme, de sorte que la perquisition puisse se dérouler sans témoin. Ce qui fait craindre une manœuvre visant à dissimuler des armes et de là à fabriquer des fausses preuves dans l’affaire pour laquelle l’ex gouverneur serait entendu lundi.

Les mêmes témoins ont signalés qu’après une fouille systématique de la porcherie au garage, les services de renseignements congolais « n’auraient finalement rien trouvé dans la ferme. Au total, ce sont 7 jeeps qui ont été aperçues dans le lieu. Si 5 ont par la suite évacué la ferme, 2 autres sont restées sur place avec des nombreux militaires de la garde républicaine.

Moise Katumbi réfugié au consulat belge

Ce même samedi, selon des témoins, Moïse Katumbi s’est rendu au consulat de Belgique à Lubumbashi. L’on ignore encore la vraie raison de ce déplacement. Mais certaines sources ont évoqué une tentative de Moïse Katumbi de s’y réfugier. Pourtant l’ancien gouverneur du Katanga a quitté le consulat belge pour sa résidence ce même samedi en fin de journée.

Le Vice Premier et ministre belge des affaires étrangères a laissé entendre que Moïse Katumbi était venu solliciter une protection de la Belgique. « Il était inquiet pour sa situation personnelle dans les prochains jours. » a déclaré le diplomate belge avant d’ajouter : « Nous l’avons écouté ».

Dans la foulée, le chef de la diplomatie belge a présenté la situation au gouvernement congolais auprès de qui il a obtenu des assurances.

Freddy Mulumba
Kinshasa – OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*