RDC: la police disperse une manifestation de l’opposition à coups de gaz lacrymogène

RDC la police disperse une manifestation de l’opposition à coups de gaz lacrymogène
RDC la police disperse une manifestation de l’opposition à coups de gaz lacrymogène
RDC la police disperse une manifestation de l’opposition à coups de gaz lacrymogène

La police congolaise a dispersé lundi à Kinshasa des membres de l’opposition protestant contre un projet de loi électoral. Les manifestants rassemblés près du Parlement congolais ont été chargés par les policiers anti-émeute.

Le pouvoir congolais ne compte laisser aucune chance à l’opposition qui proteste depuis quelques jours contre toute idée de révision de la Constitution pour permettre à Joseph Kabila de briguer un autre mandat à la tête du pays et s’offrir ensuite un pouvoir à vie.

Alors qu’environ un millier de manifestants se sont rassemblés près du parlement pour rejeter le projet de loi du pouvoir, des policiers anti-émeute les ont dispersés à coups de grenades lacrymogènes. Certains des manifestants, fuyant l’intervention policière, ont dû trouver refuge dans les bureaux de partis politiques d’opposition.

Pour la plupart des manifestants, le projet n’a d’autre but que de retarder la prochaine présidentielle et de permettre au président Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà de 2016.

Une course-poursuite et des affrontements entre policiers et manifestants, s’est produite devant le siège de l’Union pour la Nation congolaise (UNC), troisième force de l’opposition, où un renfort de policiers a été envoyé.

Déjà dans la matinée, les forces de l’ordre avaient bouclé les abords du Palais du Peuple, le Parlement et la tension était palpable.

Les principaux partis de l’opposition congolaise avaient appelé à une « mobilisation » populaire contre le projet de loi dans le week-end.

L’actuelle constitution congolaise ne permet pas Joseph Kabila de briguer un nouveau mandat.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*