RDC : nouveau bilan des massacres à Beni

forces demo alliesSelon un dernier décompte de la société civile, 51 personnes sont mortes lors de la dernière attaque contre les civils dans le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu.

Cette tuerie a été perpétrée le week-end dernier et est attribuée aux rebelles ougandais des ADF-Nalu.

Les drapeaux sont en berne sur plusieurs bâtiments de Kinshasa. La musique religieuse joue en boucle à la RTNC, radio télévision nationale congolaise.

Après le dernier massacre du week-end dernier contre une cinquantaine de civils dans le territoire de Beni, le gouvernement congolais a décrété trois jours de deuil national.

Cette décision ne fait pas l’unanimité parmi les habitants de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.

Eric, médecin à Kinshasa, fustige l’attitude du gouvernement congolais qui a fait appel à l’aide internationale pour combattre les rebelles ougandais ADF-Nalu, soupçonnés d’être les auteurs des différentes tueries dans cette partie de la RDC.

“Les autorités de notre pays ont l’habitude de ne faire qu’observer. Ce n’est pas la Monusco qui dirige ce pays. Les autorités doivent prendre les choses en main et venir à bout des rebelles et sécuriser la population”, affirme-t-il.

Patrick, un autre jeune dans la vingtaine, est exaspéré par les massacres à répétition. “A chaque fois il y a des tueries à Beni. J’en ai marre. Il y a des pertes de vie humaine,” déplore-t-il.

Pour ce jeune sans emploi, “trois jours de deuil national ne sont pas suffisants.” Il espère voir le gouvernement congolais “sanctionner les rebelles ADF-Nalu une fois pour toute.”

Une délégation du gouvernement congolais est attendu mardi 16 août à Beni.

Les autorités ont promis l’ouverture du procès des présumés rebelles ADF-Nalu, capturés par l’armée loyaliste.

Ce groupe armé ougandais est accusé d’avoir commis une série de massacres depuis deux ans.

bbc

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*