RDC: que se passe-t-il à Beni?

République Démocratique du Congo

Helico-Monusco-RDC_0Que se passe-t-il à Beni dans l’est de la RDC ? C’est la question qui se pose depuis plusieurs semaines, après une série d’attaques non revendiquées sur des civils dans la zone, attaques qui ont fait plus de 100 morts en un mois. Mercredi soir, c’est une patrouille de la Mission de l’ONU au Congo qui, pour la première fois, a été attaquée tout près de la route et d’une position de l’armée congolaise. Pendant ce temps dans la ville de Beni, des membres de la société civile s’inquiètent d’une vague d’arrestations dont les autorités ne donnent pas la raison officielle.

Vers 19h30 mercredi soir, une patrouille de casques bleus indiens, des policiers, se retrouve ciblée par des tirs. L’attaque a lieu sur la route nationale qui mène à Beni, à moins de dix kilomètres du centre-ville. Selon la Mission de l’ONU au Congo, les échanges de tirs sont intenses et durent plus de 30 minutes. Une patrouille de la brigade d’intervention des Nations unies arrive en renfort et fait elle aussi l’objet de tirs.

Au final, pas de blessés, mais 27 impacts de balles sur les véhicules et plusieurs questions : comment des éléments lourdement armés peuvent-ils circuler si près de la route sans être inquiétés dans une zone contrôlée par l’armée congolaise ? Y aurait-il collaboration de certains éléments de l’armée ?

Reste que l’attaque a eu lieu au même endroit qu’une autre attaque sur des containers d’essence pendant la visite du président Kabila fin octobre. C’est à cet endroit aussi que le colonel Mamadou Ndala a été tué par un tir de roquette en janvier 2014.

Nombreuses interpellations

Dans le même temps, dans les villes de Beni, Kasindi et Butembo, des arrestations sont signalées depuis 48h par les habitants. Aucun chiffre ni de confirmation officiels de la raison de ces attaques. Des sources concordantes parlent d’une dizaine d’interpellations par les services de renseignement. Des commerçants, mais aussi l’ancien maire de la ville de Béni et la présidente de la fédération des entreprises congolaises.

Tous sont réputés proches du parti d’opposition, le Rassemblement congolais pour la démocratie/Mouvement de libération (RCD-KML) que les autorités accusent d’être impliqué dans les attaques récentes dans la zone de Beni. Le président de ce parti, Mbusa Nyamwisi, joint par RFI dément toute implication et s’insurge contre une politique de bouc émissaire. De son côté, l’Agence nationale de renseignement (ANR) confirme seulement la présence d’agents venus de Kinshasa, il y a une semaine, pour mener l’enquête.

Enfin, la société civile du Nord-Kivu s’inquiète de la fermeture de cinq radios communautaires à Beni et Butembo par les autorités depuis quelques jours sans raison précise. Des radios proches de différents partis d’opposition, dont le RCD-KML et le Mouvement de libération du Congo (MLC). La société civile dénonce une « atteinte à la liberté d’expression ».

RFI

In the Spotlight

Le déminage en Casamance ne fait pas l’unanimité

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Au sud du Sénégal, les opérations de déminage de la Casamance ont repris depuis le 27 février 2019. Tout s’est arrêté après l’enlèvement de cinq démineurs mardi 14 mai. La perspective d’une reprise des activités [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*