Réalisation des Objectifs de développement durable : Réalisation des Objectifs de développement durable

 En marge d’un symposium tenu hier, le Pr Moustapha Kassé a posé les conditions que le Sénégal doit remplir pour réaliser les Objectifs de développement durable (Odd) qui ont besoin de 2 500 milliards de dollars par an. Du côté du Gouvernement, on rassure que ceci est en «parfaite cohérence» avec le plan Sénégal émergent.

Au Sénégal, la réalisation des Objectifs de développement durable (Odd) nécessite la mobilisation de 2 500 milliards de dollars par an. Où trouver ces ressources ? En marge d’un symposium organisé hier par le Laboratoire d’analyse, de recherche et d’étude de développement (Lared), le Professeur Moustapha Kassé a dégagé un certain nombre de conditions. «L’Aide publique au développement doit jouer un rôle dans la mobilisation des fonds. Que peuvent apporter les impôts nationaux, le partenariat public-privé, le secteur privé et les financements innovants ? Sans aucun doute, le succès des Odd sera en fonction des réponses à   ces questions, cela d’autant plus que les promesses prises lors des conférences mondiales de financement de Monterrey (2002) à   Doha (2008) en passant par Kananaskis (Canada) n’ont pas été tenues», soutient le directeur de Lared. Pour l’économiste, les Odd «impliqueront un programme bien plus vaste que les Omd. Ils nécessiteront un volume plus important et une palette plus étendue de ressources financières».
Dans cette politique de recherche de financements, le Gou­ver­nement sénégalais a organisé, en marge de la 3ème Conférence internationale sur le financement du développement tenu en juillet 2015 à   Addis Abéba, une session de discussions sur la réforme de la fiscalité. Lors de cette rencontre, les autorités ont mis l’accent sur les options de réformes nécessaires pour que les pays en développement puissent financer leurs Odd. «Sans remettre en cause d’une manière générale l’utilité du Pib, l’ambition des Odd est de le compléter par d’autres indicateurs. On peut raisonnablement penser que ces nouveaux indicateurs permettraient de mieux mesurer le bien-être et s’appliqueraient intégralement dans d’autres pays. On aurait là   un puissant outil d’analyse, susceptible d’améliorer la formulation des politiques publiques», a déclaré Birima Mangara, ministre délégué chargé du Budget. Selon lui, ces questions de financement «revêtent un tour technique qui nécessite de larges recherches» sur les options et les mécanismes de mobilisation des ressources. «Le besoin de financements des Odd est en parfaite cohérence avec les priorités du plan Sénégal émergent», signale le ministre.
Pour rappel, le 25 septembre 2015, lors d’un sommet spécial sur le développement durable à   New York, 197 Etats membres des Nations-Unis ont adopté le nouvel agenda mondial appelé Objectifs de développement durable. Cet évènement marquait la fin du programme des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). L’ambi­tion des 17 Odd déclinés en 169 cibles est de présenter une vision exhaustive de toutes les facettes du développement en vue de transformer d’ici 2030, les conditions de vie et de travail de toutes les composantes des populations et de mettre fin à   la pauvreté, de lutter contre les inégalités et l’injustice et de faire face au changement climatique.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*