Recasement des commerçants de Sandaga à Lat Dior : L'Etat marche à reculons

Finalement, les commerçants de Sandaga seront relogés aux Champs de Course de Dakar notamment aux 4 C. L’Union des magistrats du Sénégal ainsi que tous les travailleurs de la justice avaient sonné la mobilisation pour protester contre le recasement des commerçants aux abords du Palais de justice.

L’Union des magistrats de Sénégal (Ums), le syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) et le Barreau de Dakar peuvent pousser un ouf… de soulagement. Les autorités administratives de Dakar sont revenues sur leur décision : Les commerçants du marché de Sandaga ne seront plus relogés à Lat Dior, en face du Palais de justice de Dakar. Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Sidiki Kaba, a annoncé la nouvelle hier en marge de la visite de la maison d’arrêt et de correction du Cap Manuel.

«J’ai la bonne nouvelle. Non seulement, ils (les commerçants) vont déguerpir, mais en cette fin de semaine. Mais aussi les commerçants seront recasés aux Champs de course de Dakar aux 4 C», dit-il. Cette décision va pacifier le Temple de Thémis qui avait affiché sa détermination à empêcher l’application de cette mesure administrative du préfet de Dakar qui avait signé le recasement des marchands de Sandaga à Lat Dior.

Cette décision «salutaire» soulage les justiciables qui allaient souffrir des conséquences de la grève programmée aujourd’hui par la famille judiciaire. D’après une source, «ce mouvement d’humeur n’a plus raison d’être».

Le Palais de justice reprend, bien sûr, sa sérénité mise à rude épreuve ces derniers jours par ce projet controversé. Le 1er président de la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji, ainsi que les autres travailleurs de la justice avaient multiplié les sorties médiatiques pour protester contre cet arrêté préfectoral après la fermeture du marché de Sandaga. Sidiki Kaba qui, a plaidé en faveur de sa corporation, a réussi à faire pencher la balance en faveur de son département.

Au grand soulagement des magistrats. «Lorsqu’on a été mis au courant de ce déplacement des commerçants en face du Tribunal, on a tapé du poing sur la table pour dire : ‘’C’est inacceptable. Un marché ne peut pas coexister avec un Tribunal. Le Palais de Justice est un lieu de sérénité, de tranquillité et de calme parce que pour juger, on a besoin d’être dans une ambiance sereine’’», indique Me Kaba.

Écrit par Ngoundji DIENG

ndieng@lequotidien.sn

In the Spotlight

LE GHANA « SORT DU FMI » ET RESTE DEBOUT

by bishba in Economie 0

Le Ghana a surpris en claquant la porte au FMI, principal régulateur institutionnel de la finance internationale. Il se prive ainsi d’une manne qui lui tendait les bras. Il se devait donc de vite trouver [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*