Recel de drogue, extorsion de fonds : Sale temps pour les flics Idrissa Guèye et Samba Diédhiou

Les policiers Idrissa Guèye et Samba Diédhiou et cinq Agents de proximité de sécurité (Asp) arrêtés pour recel de drogue, extorsion de fonds, arrestation arbitraire, sont dans une situation confuse.

Jusque tard dans la nuit, ils attendaient dans le bureau du procureur de la République où ils ont été déférés.

Les policiers Idrissa Guèye et Samba Diédhiou et cinq Agents de proximité de sécurité (Asp) risquent gros. Arrêtés entre vendredi et samedi, les policiers et les Asp sont visés pour les délits présumés de recel de drogue, d’extorsion de fonds, d’associations de malfaiteurs, d’abus de confiance, d’arrestation arbitraire, de coups et blessures volontaires.

Après un week-end de garde à vue à la brigade de gendarmerie de Fatick, ils ont été déférés hier au Parquet près le Tribunal régional de Fatick où ils sont restés jusque tard dans la nuit d’hier.

«Par ailleurs, le commissaire Bassi­rou Sarr de Fatick, qui a été cité, n’a rien à avoir avec cette affaire», précise une source. Cette info a été confirmée par la Direction générale de la Police nationale qui a publié hier, un communiqué de précisions.

Dans celui-ci, la police soutient que le commissaire de police, chef du service régional de sécurité publique de Fatick, n’est nullement impliqué dans l’affaire de trafic de drogue pour laquelle il a été injustement cité. Dans son communiqué, elle ajoute que «mieux il est à son poste en train de mener ses activités professionnelles».

Par contre, la Direction générale de la Police nationale précise que «deux de ses agents font l’objet d’une procédure, suite à l’ouverture d’une enquête diligentée par la gendarmerie et ordonnée par le Monsieur procureur de la République. Présentement le dossier est devant le Parquet».

Aujourd’hui, cette affaire intrigue au plus haut sommet de la hiérarchie policière. On n’arrive pas à comprendre que des agents de police en fonction à Fatick puissent se retrouver en intervention dans la région de Kao­lack. Car, ils ont prétexté une opération de sécurisation à Sansara, localité située dans la zone de Gan­diaye, pour aller alpaguer un présumé dealer. Sur place, ils ont auraient procédé à des extorsions de fonds et des arrestations arbitraires.

Ce scandale remet au goût du jour la proximité entre certains agents de police et des dealers. L’arrestation de ces deux flics remet sur la place publique, la présence de flics ripoux dans les rangs de la police. Il y a quelques mois, un agent de l’Office central de répression du trafic de drogue (Ocrtis) a été arrêté pour… trafic de drogue. Ce scandale a fait ressurgir les révélations du commissaire Keïta qui mettait déjà le doigt sur cette plaie qui gangrène la Police nationale.

  • Écrit par  Dioumacor NDONG

dndong@lequotidien.sn
Correspondant 

In the Spotlight

Revue de Presse du 14 Aout 2018 avec Ahmed Aidara

by Babacar Diop in Medias/Presse 0

  Related Posts:Donald J. Trump ou le délire du dément (par Abou…Les frappes ont détruit un « mystérieux laboratoire…Les « karimistes » flinguent Pape Samba MboupAVENIR DU TOGO : LA CEDEAO CHOISIT L’AVENIR DE FAURE…L’intégralité [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*