Recyclage des déchets : Un bon créneau économique à exploiter

L’Etat du Sénégal veut arriver à un changement de paradigmes en passant de la gestion à l’économie des déchets. C’est d’ailleurs tout le sens qu’il faut donner à la célébration pour la première fois au Sénégal de la Journée mondiale du recyclage, samedi dernier à Dakar.

Celle-ci a eu pour cadre la Place du Souvenir et pour thème : «La valorisation, levier du programme national de gestion des déchets pour un Sénégal émergent».

Présidée par Abdoulaye Wilane, vice-président de l’Association des maires du Sénégal (Ams), en l’absence de Me Oumar Youm, ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivité locales et de Abdoulaye Baldé, président de l’Ams, cette Journée mondiale du recyclage est une opportunité offerte par la valorisation des déchets, selon Ibrahima Diagne, coordonnateur de l’Unité de gestion des déchets solides (Ucg).

«Dans cette chaîne de gestion des déchets, on peut avoir la possibilité de créer des emplois et des richesses», renseigne M. Diagne.

S’exprimant sur la valorisation des déchets solides, le coordonnateur de l’Ucg informe que celle-ci réalise un chiffre d’affaires de 15 milliards par an. Alors que la décharge de Mbeubeuss, très peu exploitée, ne fait que 4 milliards de francs par an de chiffre d’affaires.

Constituant un moyen pour résorber le chômage, surtout des jeunes Sénégalais, la valorisation des déchets solides est une opportunité à saisir en ce sens que plus de 17 mille sites insalubres ont été répertoriés dans 48 collectivités sur les 600 existantes.

Dans une dynamique de formuler un Plan stratégique pour une gestion durable et intégrée des déchets, Ibrahima Diagne souligne que l’année 2014 permettra de rendre des services de propreté aux collectivités et d’assurer une production scientifique importante.

Regrettant l’existence d’un seul décret depuis 1974, consacré à la gestion durable des déchets solides, le patron de l’Ucg annonce que l’Etat du Sénégal et le Bid ont mobilisé 17,5 milliards de francs Cfa pour améliorer la gestion des déchets solides dans les collectivités locales de Dakar, Tivaouane, Touba et Kaolack.

Pour Abdoulaye Wilane, le changement de paradigmes s’impose aujourd’hui pour mieux valoriser l’aspect économique de la gestion du déchet qui passe nécessairement par le changement de comportements chez les citoyens. Eduquer les citoyens, souligne-t-il, revient à les inciter à trier les déchets solides en séparant les déchets plastiques des cartouches, des piles et le reste des aliments. Abdoulaye Wilane est affirmatif : «Les ordures, c’est de l’or dur.»

Cette Journée mondiale du recyclage a été aussi un prétexte pour certaines Sénégalaises d’exposer des produits tirés des déchets, à savoir des chaises en plastique ou encore des bouilloires.

  • Écrit par  Amadou MBODJI

amadoumbodji@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*