Réélu pour 4 ans à la tête de la Zone 2 : Momar Mbaye ne veut plus de naturalisation des Sénégalais

Kasse hanneRéélu à l’unanimité hier à la tête de la Zone 2 de la Confédération africaine d’athlétisme (Caa) à la suite du Congrès électif, à l’hôtel Ndiambour, Momar Mbaye ne digère toujours pas le fait que Kassé Hanne ait tourné le dos au Sénégal pour courir sous les couleurs françaises. 

Avec un nouveau mandat de 4 ans pour présider aux destinées de la Zone 2, le président de la Fédération sénégalaise d’athlétisme promet que l’article 5 sur le changement de nationalité sera le chantier qu’il va attaquer durant son magistère. Pour cela, il compte solliciter l’appui de ses collègues de la sous-région pour que «la loi soit modifiée». 

S’exprimant tout juste après la fin du congrès auquel ont pris part 16 pays membres et Hamad Kalkaba Malboum, président de la Caa, M. Mbaye compte également lutter contre les cas de désistement de pays engagés à abriter les compétitions sous-régionales.   Venu procéder à l’ouverture officielle du congrès, le ministre des Sports, Matar Bâ reconnaît qu’un  travail s’impose pour rendre les athlètes sénégalais et africains plus patriotes.

«La Confédération africaine voudrait que l’appui soit plus consistant. Et cela ne dédouane pas ceux qui changent de nationalité. Je pense que le travail doit continuer. Et que nous Africains, comprenions qu’on peut se développer, trouver le bonheur ici en Afrique et en restant Africain», dira le ministre, en réponse à l’interpellation du président de la Caa, lui demandant d’être l’interlocuteur auprès de ses autres collègues ministres dans ce combat de naturalisation des athlètes africains. Et Matar Bâ d’ajouter : «Je pense que c’est une question de patriotisme.»

Revenant sur sa réélection, Momar Mbaye dit s’être décidé à la dernière minute pour présenter sa candidature. «J’avais décidé de ne pas briguer un autre mandat. Mais c’est aujourd’hui (hier) que j’ai changé de position parce que mes pairs africains m’ont demandé de me représenter. Je me suis décidé sur place», a soufflé Momar Mbaye.

 Amadou MBODJI

amadoumbodji@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*