Remous à la société minière SGO : Le DG Macoumba Diop débarqué

Macoumba Diop a été licencié vendredi de son poste de directeur de Sabodala gold operation (Sgo). Une décision qui ferait suite à une «tension interne» entre lui et l’administration, qualifiée de «colonialiste».

L’ambiance à la société minière Sabodala gold operation (Sgo), basée à Kédougou à près de 650 Km de Dakar, n’est pas des meil­leures ces derniers jours.

Cette société, filiale de Teranga gold, une société d’exploitation aurifère basée au Canada et qui exploite la mine d’or de Sabodala, est secouée par le licenciement plus ou moins mouvementé du directeur général sénégalais.

Macoumba Diop, puisque c’est de lui qu’il s’agit, s’est vu indiquer la porte au profit d’un autre Sénégalais du nom de Abdou Aziz Sy. Seulement, ce licenciement, qui aurait pu être une simple opération de routine propre aux entreprises, est interprété à l’interne comme une «volonté d’étouffer une possible rébellion» contre l’administration, qualifiée de «colonialiste».

Les informateurs du journal Le Quotidien n’ont pas caché leur indignation devant cette décision qui a visé «celui qui savait dire non et qui savait refuser des privilèges, contraires à sa moralité et à son éducation».

Quoi qu’il en soit, l’administration a pris cette décision extrême après avoir proposé en vain au sieur Diop d’être l’adjoint de M. Sy. L’ad­mi­nis­tration canado-australienne qui pensait ainsi «offrir une promotion» à Macoumba Diop a buté sur le refus de ce dernier, qui aurait préféré «partir plutôt que de se retrouver second d’un autre».

Nos interlocuteurs annoncent de possibles mouvements d’humeur d’une partie du personnel dans la mesure où Macoumba Diop «était adulé et respecté pour ses prises de position justes et équitables». Mais au niveau des autochtones, ce départ ne les émeut outre mesure pour la bonne raison que les Sénégalais employés à la société minière «n’ont jamais su défendre leurs intérêts».

Pour Moussa Cissokho, représentant des jeunes du village de Sabodala, ce licenciement les laisse de marbre et ils n’entendent pas s’ériger en boucliers devant qui que ce soit parce qu’ils n’ont rien à gagner dans ces bras de fer internes.

Le Quotidien a tenté hier de joindre la direction de l’entreprise en vain, tout comme ses tentatives de rentrer en contact avec le Dg licencié ont échoué. Mais des proches de Macoumba Diop ont annoncé une plainte et disent entendre donner une suite judiciaire à cette affaire.

  • Écrit par  Aly FALL

alyfall@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*