Renvoi du procès en l’absence de Bibo Bourgi : La cour rejette la requête de la défense

La guéguerre entre la cour et les avocats de Karim Meïssa Wade s’est poursuivie hier à la reprise du procès. La défense a encore sollicité le renvoi du procès jusqu’au retour de Ibrahima Abou Khalil Bourgi dit Bibo, évacué en France pour des raisons médicales.

Me Madické Niang dit : «Le procès ne peut se poursuivre pour la bonne et simple raison que 80% voire 90% des actions que l’on attribue à notre client appartiennent à Bibo Bourgi.

Malgré notre volonté inébranlable pour faire jaillir la vérité, l’état actuel des choses ne nous permet pas de poursuivre ce procès.

Renvoyez-le à un mois pour que Bibo puisse comparaître et qu’on puisse aussi lui poser des questions.»

Dans cette même logique, Me Seydou Diagne indique à Henri Grégoire Diop et Cie que ce procès «ne peut être compartimenté».

Et il souligne : «La défense s’oppose énergiquement à la poursuite du procès sans le prévenu Ibrahima Abou Khalil. Le procès est un tout et ne doit pas être saucissonné d’autant plus que tous les prévenus doivent être entendus avant le passage des témoins.»

Antoine Diome, le substitut du procureur, pour sa part, soutient que «le prévenu Ibrahima Abou Khalil a déjà été entendu à la clinique par la cour» et que «sur la base de l’article 403, le président avait donné une ordonnance pour que le présumé soit entendu».

Cependant, Me Amadou Sall a indiqué que «ce à quoi Bibo était confronté ne peut pas faire l’objet d’un interrogatoire parce qu’étant dans l’incapacité de répondre aux questions de la cour». Ainsi, pour mettre fin à ce débat contradictoire, la cour a rejeté la requête de la défense de Karim Wade.

  • Écrit par  Par S. O. GUEYE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*