REPRISE DES COURS A L'UCAD JUSQU'A JEUDI Le Saes met la pédale douce

Le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes) a décidé hier mardi  de mettre la pédale douce à l’occasion de sit-in qu’il a organisé devant le rectorat. Ainsi, les camarades de Seydi Ababacar Ndiaye ont finalement décidé de suspendre leur mot d’ordre jusqu’à jeudi prochain. edu_seydi-ababacar-ndiaye_saes_1

Une décision motivée par l’avancement du dossier soulevé par l’agent comptable qui a révélé dans une correspondance adressée aux autorités de l’institution sa difficulté de constater la non validation du budget de fonctionnement 2013 de l’université de Dakar pour l’année en cours. Très en colère, le syndicat des enseignants du Supérieur avait réagi en menaçant d’assiéger les locaux de leur ministère de tutelle.

Le Saes (Syndicat autonome des enseignants du supérieur a tenu hier, mardi, devant le Rectorat un sit-in pour exiger l’approbation dans les meilleurs délais du budget de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Une manifestation qui entrait dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’actions annoncé dimanche dernier dans un communiqué qui sera suivi  de la suspension des cours et autres évaluations du second semestre.

Au terme de son sit-in d’hier,  le Saes, section Ucad, a décidé tout bonnement de surseoir à son plan d’actions entamé en début de semaine, qui va durer jusqu’à jeudi et qui est marqué par la suspension des évaluations. Ce round d’observation est motivé par le constat de l’état d’avancement de la situation financière de l’université suite à une rencontre entre les différentes parties prenantes de l’institution.

A en croire, le représentant du recteur, le doyen Serigne Amadou Ndiaye, tous les bons de voyages d’études seront disponibles ce samedi. Autre aspect, c’est les primes de recherche dont le chèque a été déposé dans les différentes banques. Un autre chèque de 250 millions F Cfa a été obtenu et déposé dans les banques  pour les heures complémentaires. Par conséquent, il reste, précise-t-il,  550 millions F Cfa qui seront disponibles dans les jours à venir dans la mesure où le chèque est au Trésor. En ce qui concerne les perdiums, le chèque a été déposé au Trésor public.
« L’’agent comptable a bon espoir qu’il ne va pas durer et le ministère des Finances vient de lui demander de faire fi  de  la non approbation du budget pour continuer à payer et à faire les démarches pour le paiement des sommes dues », a souligné Serigne Amadou Ndiaye, le  représentant du Recteur devant un parterre d’enseignants venus exprimer leur courroux.

Le Secrétaire général de la section Saes de Cesti, Yankoba Seydi, a indiqué au terme du discours des autorités rectorales que « nous allons nous réunir en assemblée général pour apprécier la situation et donner suite à ce combat ». Et de poursuivre : «en tout cas, nous cherchons des choses concrètes. Pour leur montrer notre bonne foi, nous allons arrêter notre plan d’actions d’ici jeudi pour observer l’évolution de la situation».

Le porte-parole du jour, Yankoba Seydi au cours du sit-in a précisé que l’heure est venue pour les acteurs gouvernementaux de ce sous secteur de « respecter l’université de Dakar, les enseignants, le personnel administratif, technique et le service de l’Ucad. On est entrain de faire la traque des biens mal acquis, c’est une bonne chose mais les biens honnêtement acquis doivent être  reconnus ».

« Au moment où les vacances se terminent, nous sommes entrain de travailler, d’enseigner, de faire de la recherche et d’encadrer. Nous réclamons le respect de l’université », a-t-il ajouté.

Le chargé des revendications du Saes a pour sa part relevé que « le candidat Macky et nous avions signé un protocole pour régler le problème des enseignants 6 mois après son accession au pouvoir. Que dalle après 18 mois d’exercice gouvernemental ». Moustapha Sall déplore que  «des changements sont opérés dans le gouvernement et non sur cette situation chaotique de l’Université de Dakar.»

Pour marquer leur détermination, la section Saes de l’Université de Dakar n’exclut pas d’aller occuper le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Mesr), si la situation risque de perdurer.

«Nous allons sortir un mémorandum d’ici quelques jours. Si rien n’est fait, vous verrez de quel bois le Saes se chauffe. Nous sommes en situation  d’urgence. C’est inacceptable parce que nous travaillons comme des indiens» ; explique Yankoba Seydi, par ailleurs porte parole du Saes.

Pour rappel, les syndicalistes avaient décidé de ne pas évaluer les enseignements du second semestre de l’année académique en cours et l’arrêt immédiat de toutes les activités d’enseignement, de recherche et d’encadrement. L’Ucad était jusqu’à hier aphone, le fonctionnement de l’institution a été paralysé.

L’agent comptable avait indiqué dans une correspondance la semaine dernière  que le budget de l’Université et la plupart  des budgets des établissements  qui la composent ne sont toujours pas approuvés. Pour éviter de tomber sous le coup de l’article 36 du régime financier de l’institution, l’agent décide de ne plus exécuter les dépenses en de hors des salaires.

« Les mandats relatifs aux primes de recherches, aux voyages d’études et aux heures complémentaires seront bloqués jusqu’à la fin des formalités  d’approbation », a fait savoir l’argentier de l’Université de Dakar.

In the Spotlight

Live walf tv: Le Grand Soir

by bishba in Emission tv 0

Related Posts:DIRECT Alain Juppé : «Une fois pour toutes, je ne…Direct - Emmanuel Macron : «Je mettrai tout mon soin…Rappel À Dieu De Sidy Lamine NIASS : Retour Sur Une…Donald J. Trump ou le délire [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*