REWMI TOURNE LE DOS A LA COALITION PRESIDENTIELLE Idy casse le « Bennoo »

C’est désormais officiel, le parti Rewmi d’Idrissa Seck n’est plus membre de la coalition Bennoo Bokk Yakaar. Son Secrétariat qui s’est réuni hier, mercredi 11 septembre, autour de l’unique point de l’ordre du jour : « l’avenir de Rewmi dans la coalition Bennoo Bokk Yakaar », en a pris la décision à «l’unanimité», en présence de son leader, Idrissa Seck. bennoo_100idy

Toutefois, le porte-parole qui a lu le communiqué final du Secrétariat, s’est abstenu d’avancer les raisons du divorce. Mais si l’on se fie à quelques indiscrétions de certains membres du Secrétariat, le parti Rewmi reproche à Bennoo Bokk Yakaar sa « léthargie ». Par ailleurs, les Rewmistes excluent toute jonction avec le parti démocratique sénégalais(Pds).

«Après de larges discussions, le Secrétariat national a décidé, à l’unanimité, que le parti Rewmi quitte la coalition Bennoo Bokk Yakaar». C’est la principale décision issue de la réunion du Secrétariat de Rewmi, du mercredi 11 septembre, présidé par son leader, Idrissa Seck. Un seul point été inscrit à l’ordre du jour : l’avenir de Rewmi dans la coalition Bennoo Bokk Yakaar.

Après la déclaration du porte-parole de Rewmi, les journalistes ont voulu être édifiés sur les raisons du divorce avec la coalition Bennoo Bokk Yakaar, mais ce dernier n’a pas voulu en dire davantage, promettant aux reporters que le parti communiquera, le moment venu, sur les raisons qui ont poussé Rewmi à claquer la porte de la coalition qui a porté, au second, Macky Sall au pouvoir.

Des raisons du divorce
Toutefois selon des sources proches du Secrétariat de Rewmi, le parti d’Idrissa Seck, reproche, entre autres, à la coalition sa léthargie : «Figurez-vous que Bennoo Bokk Yakaar ne s’est pas réuni depuis le mois de décembre dernier. En plus, il n’y a eu aucun contact entre les leaders des formations qui composent cette entité», souligne notre interlocuteur. Ce dernier ajoute une autre raison du divorce : « Ensuite, il y a les problèmes du pays. Vous avez constaté comme nous que rien ne marche dans ce pays depuis que Macky Sall s’est installé à la tête du Sénégal. Il est incapable de gérer ce pays».

Un autre membre de la Direction du parti Rewmi joint au téléphone avance une autre raison pour justifier le clash : «Le parti Rewmi n’a pas été consulté dans la mise en place du nouveau gouvernement. Or, il y a deux de ses représentants qui ont des problèmes avec le parti. L’élégance, en matière de compagnonnage, voudrait que le parti se concerte pour sur la question. Il y a à travers cet acte un besoin d’isoler Idrissa Seck et Rewmi».

Assemblée nationale : octobre «décisif»
Pour ce qui est de l’avenir des députés Rewmi à l’Assemblée nationale, le parti d’Idrissa Seck attend la prochaine mise en place du nouveau bureau de cette institution, prévue en octobre, pour se prononcer.

Pas question de s’allier  avec le Pds
En outre, au sujet de la question qui est agitée depuis quelque temps dans les médias, à savoir une probable jonction entre Rewmi et le parti démocratique sénégalais(Pds), nos sources sont formelles : «Il n’est pas question de s’allier avec le Pds. Cependant notre parti laisse grandement ouvertes ses portes pour les libéraux qui veulent venir à Rewmi».

L’acte qui gêne les Rewmistes
Et contrairement à ceux qui se sont précipités à parler de retrouvailles entre Rewmi et le Pds, en relevant l’acte posé par le député rewmiste, Thierno Bocoum qui a rendu visite, avant-hier mardi, à Bara Gaye à la prison du cap Manuel, incarcéré pour offense au Chef de l’Etat, des sources proches de la direction de Rewmi avancent : «Thierno Bocoum a agi seul, il ne s’est pas concerté avec le parti.

De nombreux camarades se sont inscrits en faux avec l’acte qu’il a posé. Il faut savoir que Me Sidiki Kaba a été l’avocat de défense d’Idrissa Seck avec qui il a gardé de bonnes relations. En tout cas, le nouveau ministre reste l’ami de Rewmi», confie ce membre du Secrétariat du parti Rewmi.

Le «Nous» est un «Je»
Rappelons qu’au sortir de la prison du Cap Manuel, Thierno Bocoum a déclaré : «On ne peut pas tout simplement se sentir offensé parce que son nom est mêlé à une histoire de délivrance de passeport diplomatique à un homosexuel et faire la promotion dans son gouvernement de quelqu’un qui a déclaré publiquement qu’il faut légaliser l’homosexualité. Ce qui est une agression contre nos valeurs, nos religions et à la limite une offense contre le peuple sénégalais dans sa majorité», dit-il, avant d’ajouter :  «Je suis dans une logique de défense de libertés, de défense de la justice. Aujourd’hui nous pensons que lorsqu’un compatriote qui déclare la légalisation de l’homosexualité se retrouve autour de la table du conseil des ministres, Bara Gaye ne doit pas être en prison».

Et de promettre : «à chaque fois qu’il y aura une manifestation quelconque ou une dénonciation pour la libération de Bara Gaye nous serons là. Ça c’est clair, c’est une question de principe ». Mais dans Rewmi l’on précise que le «nous» qu’utilise Thierno Bocoum n’engage pas le parti, puisque ce n’est pas la position de celui-ci sur cette affaire.

De quoi déchanter les libéraux qui cherchent désespérément des alliés dans leur combat.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*