Risques de troubles sur le parrainage : Alioune Tine invite “les Khalifes généraux » à jouer leur partition

Alioune Tine, ancien Directeur Exécutif régional Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

Alioune Tine, ancien Directeur Exécutif régional Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre  n’a pas perdu de temps pour attirer l’attention des sénégalais sur le cocktail explosif qui se forme  autour du vote du projet de loi sur le parrainage, jeudi prochain.

Pour M.Tine, c’est maintenant plus que jamais que les Khalifes généraux doivent jouer leur partition afin de sauver le Sénégal d’un désastre imminent.

Alioune Tine appelle tous les sénégalais à la retenue. Via sa page Facebook, l’ancien secrétaire exécutif de la Raddho appelle au dialogue et invite aux chefs de religieux de prendre leur bâton de pèlerin pour sauver la mise d’un  19 avril qui risque de faire basculer notre pays dans la violence.

M.Tine est d’avis  « qu’il est triste que nous ayons failli à ce point de tirer les meilleures leçons de la révolution citoyenne du 23 juin et que son esprit ait été perverti au point d’aboutir à une vraie perversion de notre système démocratique ». Pour ce faire, Alioune Tine propose un canevas de sortie de crise.

D’abord, mettre de façon urgente un mécanisme de facilitation du dialogue politique formé de bonnes volontés qui ont la liberté de définir leurs méthodes et leurs démarches et qui doivent fixer un délai raisonnable pour faire aboutir une proposition consensuelle.

Deuxièmement, à l’Assemblée nationale aussi de tirer les leçons des événements du 23 juin au cours desquels les Parlementaires ont été désavoués par le Peuple. Aujourd’hui la tâche du Parlement est d’encourager le dialogue politique et le consensus à la place d’un passage en force qui n’obéit qu’à la logique mécanique de la majorité parlementaire.

Troisièmement, Il faut mettre un terme immédiatement à l’escalade verbale du pouvoir et de l’opposition pour permettre aux organisations de la société civile de travailler au succès de leur entreprise de facilitation. Et enfin, nous invitons les califes généraux de faire tout pour exiger le dialogue aux acteurs politiques, propose Alioune Tine.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*