Riyad reconnaît que Jamal Khashoggi a été tué dans son consulat à Istanbul

An activist holds an image of missing Saudi journalist Jamal Khashoggi during a demonstration calling for sanctions against Saudi Arabia and to protest Khashoggi's disappearance, outside the White House in Washington, U.S., October 19, 2018. REUTERS/Leah Millis

L’Arabie saoudite évoque pour la première fois une rixe qui aurait dégénéré, entraînant la mort du journaliste, dont la disparition, le 2 octobre, a eu un retentissement mondial.

C’est un premier aveu. L’Arabie saoudite a reconnu, samedi 20 octobre, que le journaliste Jamal Khashoggi, dont la disparition le 2 octobre a eu un retentissement mondial, a été tué à l’intérieur de son consulat à Istanbul (Turquie).

La confirmation de la mort de Khashoggi a été annoncé aux premières heures de samedi par l’agence de presse officielle du royaume, SPA. « Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qu’il a rencontrés au consulat du royaume à Istanbul (…) ont débouché sur une rixe, ce qui a conduit à sa mort », a déclaré SPA en citant le parquet.

Le procureur général d’Arabie saoudite a ensuite précisé le déroulement des faits :

« Les discussions qui ont eu lieu entre lui et les personnes qui l’ont reçu au consulat saoudien à Istanbul ont débouché sur une bagarre et sur une rixe à coups de poing avec le citoyen Jamal Khashoggi ; ce qui a conduit à sa mort… Que son âme repose en paix. »

Il n’a pas précisé où se trouvait le corps de Khashoggi, alors que les enquêteurs turcs ont poursuivi leurs investigations, fouillant notamment une vaste forêt proche d’Istanbul.

Plus tard, le département international du ministère de l’information saoudien a publié une déclaration en anglais attribuée à « une source officielle », affirmant qu’il y avait eu une « tentative » par les personnes qui avaient interrogé le journaliste de « dissimuler ce qui est arrivé ».

Dix-huit personnes interpellées

Jusqu’ici Riyad avait affirmé que Khashoggi, qui était entré le 2 octobre dans le consulat d’Istanbul pour des démarches administratives en était ressorti. Le pays avait qualifié de « sans fondement » les accusations de responsables turcs selon lesquelles le journaliste avait été tué dans le consulat.

Des responsables turcs affirmaient de leur côté que le journaliste avait été assassiné par un commando spécialement envoyé de Riyad. Critique à l’égard de la politique du prince héritier saoudien, Jamal Khashoggi vivait en exil aux Etats-Unis depuis 2017, où il collaborait notamment avec le Washington Post.

Ce premier aveu de l’Arabie Saoudite marque un tournant dans cette crise internationale. Riyad a dans le même temps annoncé la destitution d’un haut responsable du renseignement, le général Ahmed Al-Assiri, et celle d’un important conseiller à la cour royale, Saoud Al-Qahtani. Les deux hommes sont des proches collaborateurs du prince héritier Mohammed Ben Salman, dit « MBS », sur lequel la pression était montée ces derniers jours. Les autorités saoudiennes ont par ailleurs fait savoir que dix-huit personnes avaient été arrêtées dans le cadre de l’enquête menée par le royaume.

  En Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed Ben Salman dans l’ouragan Khashoggi

Le roi Salman a ordonné, samedi, la mise en place d’une commission ministérielle présidée par « MBS » pour restructurer le service de renseignement saoudien et « définir précisément les pouvoirs » de celui-ci, ont rapporté les médias officiels.

Des explications crédibles, selon Trump

Les Etats-Unis ont réagi rapidement à l’annonce de Riyad : « Nous sommes attristés d’apprendre que la mort de M. Khashoggi a été confirmée », a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders. Le président, Donald Trump, en déplacement dans l’Arizona, a pour sa part estimé que les premières interpellations menées par les autorités saoudiennes étaient « un bon premier pas ».

La diplomatie du cynisme de Donald Trump dans l’affaire Khashoggi

Interrogé avant les révélations du royaume et prié de dire si des sanctions faisaient partie des mesures envisagées, M. Trump a répondu : « Le Congrès sera très impliqué pour décider de la suite (…). Je serai très à l’écoute de ce qu’il dira. » Le Congrès est contrôlé par les républicains, dont plusieurs élus ont déjà réclamé des mesures sévères contre Riyad.

Le républicain Bob Corker, président de la commission des affaires étrangères au Sénat, a dit de son côté douter de la crédibilité des autorités saoudiennes.

« L’histoire que les Saoudiens ont racontée à propos de la disparition de Jamal Khashoggi continue à changer chaque jour. Donc nous ne devrions pas prendre leur dernière version pour argent comptant. »

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est dit, quant à lui, « profondément troublé par la confirmation de la mort » de M. Khashoggi.

lemonde.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*