Samba Gaye "Samba abidjan, Samba lafayette" est décédé, il a été retrouvé mort dans sa chambre à Rufisque

Samba Gaye « La Fayette » celui même que l’ancien président zaïrois, Mobutu affabulait du surnom de demi-dieu
Samba Gaye « La Fayette » celui même que l’ancien président zaïrois, Mobutu affabulait du surnom de demi-dieu
Samba Gaye « La Fayette » celui même que l’ancien président zaïrois, Mobutu affabulait du surnom de demi-dieu

Samba Gaye alias Samba Abidjan, Samba Lafayette a été retrouvé mort dans sa chambre ce matin à Rufisque.

Selon des témoins, le corps sans vie a même commencé à se décomposer. Ce qui veut dire personne ne connait l’heure ou la date exacte de son décès.

« Il vit seul depuis un certain temps dans la maison ici Nguendel 01 de Rufisque. Il sort souvent pour causer les amis, mais il vit seul depuis un bon moment. Il y a une mère qui lui sert à manger chaque jour », explique un habitant du quartier, sur les ondes de la RFM.

Les sapeurs pompiers étaient sur les lieux pour l’évacuation du corps sans vie de Samba Ndiaye, Samba Lafayette et ont procédé à la désinfection des lieux, tandis que la police a ouvert une enquête pour connaître les circonstances de sa mort.

Samba abidjan. Ce nom vous dit sûrement quelque chose. Beaucoup de Sénégalais l’ont entendu par la voix de Youssou Ndour qui l’a chanté à travers son célèbre morceau « Mboloo ». Il s’appelle en réalité Samba Gaye. Ce Mauritanien fut jusqu’à une époque très récente un richissime homme d’affaires.

Aujourd’hui, l’homme est ruiné et ne possède plus grand-chose. Jadis très connu, l’homme passe désormais presque inaperçu. Il serait même malade et interné dans un hôpital parisien. Il aurait été lâché par ses plus proches ainsi que ses amis chanteurs qui l’ont abandonné à son triste sort. On est loin des années 80.

A l’époque, le domicile du bonhomme situé à Kaédi, une ville du sud de la Mauritanie, refusait du monde.

Les gens venaient de partout et espéraient jouir de ses largesses. Sa fortune était estimée à plusieurs milliards de francs CFA. Il vivait dans un luxe insolent et dépensait sans compter. Il pouvait se permettre d’occuper, avec une grande délégation, tout un étage d’un luxueux hôtel parisien.

D’ailleurs, il est surnommé Concorde en raison de la fortune qu’il dépensait à Concorde La Fayette, situé à la rue Saint Lazare, dans la capitale française. Sa fortune provenait en grande partie de Mobutu Sese Seko. Samba Gaye fut un sergent recruteur des marabouts qui devaient aider mystiquement l’ancien Président du Zaïre, devenu République démocratique du Congo, à se maintenir au pouvoir et à piller les ressources du pays.

Mobutu vouait un grand respect pour Samba Abidjan qui devait s’appuyer sur toutes ces forces occultes pour permette à son ami dictateur de continuer à régner d’une main de fer sur le Zaïre qu’il dirige de 1965 à 1997. Séduit par les « talents » de Samba, Mobutu n’hésitait pas à l’affabuler du surnom de « demi-dieu ».

Dans son ouvrage intitulé « Le calvaire d’un diplomate du Congo-Zaïre », Mfuadi Tshibasu revient sur les relations entre les deux hommes.

Le diplomate révèle les cadeaux offerts par l’ancien homme fort de Kinshasa à son ami Samba Gaye. Ancien diplomate en poste à l’Ambassade du Zaïre en Mauritanie, Tshibasu a assisté à plusieurs scènes qu’on ne pourrait qualifier que de surréalistes. Il est présent à l’aéroport de Nouakchott lorsqu’un avion en provenance d’Ostende en Belgique atterrît sur le tarmac.

L’appareil transportait spécialement de luxueux véhicules (ISUZU 4×4, Peugeot 505, BMW sport…) offerts par Mobutu à Samba Gaye. Le diplomate révèle aussi que plusieurs mallettes remplies de millions de dollars américains ont été convoyées à Nouakchott par le Maréchal pour faire plaisir à l’homme d’affaires. Et ce n’est pas tout.

Au moment où le peuple zaïrois tirait le diable par la queue, un jet loué en Suisse était mis à la disposition de « Concorde » pour faciliter sa mobilité, lui qui devait voyager plusieurs fois à travers de nombreuses frontières, à la recherche de ces fameux marabouts. L’avion était parqué à l’aéroport de Nouakchott et les membres de l’équipage logés à l’hôtel Maraba de la capitale mauritanienne.

A LIRE DANS LA MEME RUBRIQUE:  Paris : Samba Gaye « La Fayette » hospitalisé dans un état grave

Vous vous souvenez de Samba Gaye « La Fayette » ? Ce richissime homme d’affaires qui avait fait les choux gras de la presse occidentale dans les années 90 et que le journal français L’Express avait surnommé Concorde en raison de la fortune qu’il dépensait dans le luxueux hôtel, Concorde La Fayette.

Celui-là même que l’ancien président zaïrois, Mobutu affabulait du surnom de demi-dieu, et que Abdoulaye Wade se pressait d’aller voir à son hôtel, est aujourd’hui dans un état grave. Malade, il est actuellement hospitalisé à Kremlin Bicêtre, dans la banlieue parisienne, après que plusieurs centres hospitaliers aient refusé de l’accueillir faute de prise en charge.

L’homme d’affaire mauritanien  dont les frasques restent  toujours  gravées dans les mémoires de beaucoup de sénégalais et mauritaniens se trouve dans le dénuement le plus total. Et est abandonné par ses anciens amis artistes  comme Youssou Ndour, Ami Koita, Abou Diouba, Ousmane Hamady  et autres qui avaient composé des chansons spéciales pour  lui rendre hommage.

Ceux-là, qui avaient bénéficié de ses largesses à l’époque.  Hormis quelques un de ses proches comme Debbo Diaw , qui l’hébergeait à Evreux avant qu’il ne soit admis à l’hôpital , l’ancien homme fort est abandonné  par la plupart de  ses anciens amis.

Les frasques les plus connues du jeune marabout de Mobutu restent les moutons vivants que  Mobutu embarquait dans un avion Air France spécial pour les égorger dans sa suite de 5 étoiles à son hôtel Concorde Lafayette .On se souvient aussi de son fameux  « Lacciri e haako »  ou  encore son « Thiéré Mboum »  qu’il commandait de Dakar pour le manger à Paris.

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*