Satellite marocain en orbite : un lancement secret qui inquiète l’Espagne et l’Algérie

Satellite marocain en orbite : un lancement secret qui inquiète

Le Maroc lance un satellite espion : l’Espagne et l’Algérie inquiètes. Satellite marocain en orbite : un lancement secret qui inquiète

L’engin doté de très hautes performances d’observation a été envoyé dans l’espace depuis Kourou, en Guyane. L’Espagne et l’Algérie sont sur le qui-vive.

Alors que les pays ont pour habitude de vanter l’achat d’un satellite pour affirmer leur puissance, les officiels marocains ont gardé le secret jusqu’au dernier moment. Dans la nuit du 7 au 8 novembre, le royaume a lancé son premier satellite d’observation, le Mohammed-VI A, doté d’une très haute définition et capable de fournir en moins de vingt-quatre heures des clichés d’une résolution allant jusqu’à 70 cm depuis n’importe quel point du globe.

Avec cet outil de surveillance, le Maroc devient ainsi le premier pays africain à détenir un engin spatial aussi performant. Le satellite a été lancé par une fusée Vega du Français Arianespace depuis la base de Kourou, en Guyane.

Si les rares informations officielles insistent sur un usage strictement civil, le satellite marocain est, de fait, doté d’applications militaires. Conçu sur le modèle du système d’imagerie français Pléiades, les photographies de ce type « peuvent aussi servir à localiser les installations militaires de pays adverses afin de planifier une intervention armée », affirme le Centre national d’études spatiales (CNES).

« A partir du moment où l’on peut regarder l’évolution des tracés routiers et ferrés, un satellite de type Pléaides peut en effet servir au renseignement », confirme Françoise Masson, chef du projet Pléaides au CNES.

« Droit à la modernité »

Construit par le consortium franco-italien Thales Alenia Space et le Français Airbus, le Mohammed-VI A est le premier exemplaire d’un système de deux satellites placés sur la même orbite à 694 km de la Terre, d’une durée de vie de cinq ans, dont le second sera lancé en 2018. Une fois opérationnels, les satellites « espions » pourront prendre jusqu’à 500 photos par jour qui seront ensuite récoltées par une équipe basée à Rabat.

Le contrat, estimé à 500 millions d’euros, a été signé dans le secret par la France et le Maroc, en marge de la visite de François Hollande en 2013. Mais même après le premier lancement, le mystère plane toujours sur les spécificités techniques des deux satellites.

A ce jour, aucun communiqué du gouvernement ni du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS) n’en fait la mention. « Cela fait partie d’une culture du secret dont l’objectif est de fairepeser la menace, mais sans menacer directement. C’est une forme de dissuasion », analyse Florence Sborowsky, chercheuse à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

Lors d’une rare déclaration sur le sujet, l’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Ahmed Réda Chami, a indiqué que le satellite « permettra de voir ce qui se passe sur le territoire, notamment en matière de météo et c’est important pour notre agriculture, a-t-il affirmé le 26 octobre à Bruxelles. Il nous permettra aussi de voir ce qui se passe à nos frontières. » Outre l’intérêt affiché pour le développementéconomique et social du pays, les données récoltées serviront évidemment aux intérêts sécuritaires du royaume.

« On sait que le Maroc a des différends avec l’Espagne et l’Algérie et que la situation est tendue à la frontière mauritanienne. Ces deux satellites lui donnent une capacité de renseignement et une autonomie que personne d’autre n’a dans la région », analyse Mme Sborowsky, spécialiste des questions spatiales civiles et militaires dans les pays arabes.

Par ailleurs, le satellite déjà lancé permettra très certainement de garder un œil sur la lutte contre l’immigration clandestine, les trafics aux frontières et la menace terroriste. « Effectivement, nous revendiquons le droit à la modernité. Mais personne ne devrait s’inquiéter parce que c’est fait dans de bonnes intentions. », a tenu à rassurer M. Chami, à Bruxelles.

Inquiétudes régionales

Trois jours plus tôt, des responsables militaires espagnols avaient exprimé des inquiétudes dans le quotidien El Pais, craignant que « l’avantage technologique [de l’Espagne], sur lequel repose la dissuasion, ne s’amoindrisse ». « Le Maroc est un pays ami (…), mais on n’aimerait voir personne, encore moins un ami, venir fouiner dans nos affaires », a mis en garde un stratège militaire dans l’édition du 23 octobre.

Selon lui, les contentieux au sujet des territoires de souveraineté espagnole contestés par Rabat – les enclaves de Ceuta et Melilla mais aussi les cinq îlots au large de la côte marocaine, source de conflits entre les deux nations depuis plusieurs siècles – ainsi que la délimitation des eaux territoriales justifient qu’il ne faut pas « baisser la garde ».

Or, en matière de surveillance, l’Espagne a pris du retard. Ne disposant pas de son propre satellite « espion », Madrid participe à hauteur de 2,5 % au programme d’observation européen Helios, aux côtés de la France (majoritaire à 90 %), la Belgique, l’Italie et la Grèce. Une participation qui reste insuffisante puisque, lors de la crise de « l’îlot Persil » en 2002, qui a failli déclencher un conflit armé entre le Maroc et son voisin du nord, l’Espagne n’avait pas pu obtenir les images satellitaires à temps.

L’acquisition de l’engin spatial pourrait également irriter l’Algérie. Les deux « frères ennemis » du Maghreb se livrent depuis plusieurs années à une course à l’espace. « A un moment donné, on pensait que l’Algérie allait dépasser le Maroc puisqu’elle était la seule à avoir une agence spatiale. Grâce au transfert de technologies, Alger avait participé à la construction de ses petits satellites, Alsat 1 et 2.

Mais avec un engin d’une telle puissance, le Maroc a pris de l’avance », soutient la chercheuse Florence Sborowsky. Le royaume, qui n’a toujours pas d’agence spatiale, n’est toutefois pas capable de construire ses propres satellites, une condition sine qua non pour devenir une puissance spatiale.

« Même si elle en est encore loin, l’Algérie a la volonté de développer une vraie politique spatiale. Pour Rabat, c’est surtout un outil stratégique pour asseoir sa puissance dans la région. »

Cette nouvelle position de force arrange aussi les Européens, et la France en particulier, qui a construit le satellite, puisqu’elle sert ses propres intérêts sécuritaires au Maghreb et au Moyen-Orient.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*