«SCRIPTO-SENSU» du Samedi par Mohamed Joseph-Henri SARRE

Le «SCRIPTO-SENSU» du samedi par Mohamed Joseph-Henri SARRE

Le «SCRIPTO-SENSU» du samedi 27 Décembre 2014 par Mohamed Joseph-Henri SARRE

Un autre Sénégal est possible !

Chronique Mohamed Joseph-Henri SarreEn politique, l’Histoire ne repasse jamais les plats! Sauf quand il n’y a rien dedans.

Parce que la crise vide de tout espoir l’avenir du Sénégal, Macky SALL a une chance, à l’entame de l’année 2015, de saisir l’occasion qu’il a laissé filer durant ces trois dernières années.

En mars 2012, fort de son élection, de sa popularité et de sa toute fraîche et écrasante majorité, le nouveau Chef de l’Etat aurait pu appliquer un électrochoc au pays, réécrire son « Younou Yokouté » à l’encre de la lucidité et provoquer un sursaut national. Il n’en fit rien.

Tout aux délices de Capoue dont le pouvoir est farci, il préféra la Sieste à la Rupture. Epicure à Sénèque. Funeste choix.

C’est l’un des défauts de Macky SALL : il est heureux. Ce qui est une faute professionnelle quand on est Président d’un pays pauvre comme le Sénégal…

Il est heureux d’être, pour deux ans encore, au Palais de la République, heureux de son quotidien, de celui de sa famille et de sa fratrie, heureux de tout ce qu’il a accompli pour en arriver là. Depuis deux ans, il goute, avec gourmandise, les douceurs d’un pouvoir que personne, à commencer par lui-même, ne s’imaginait autant à portée de langue…

Il goute son « Ceebu Jenn » et l’amertume du « Djakhato » de l’impopularité ne saurait gâter le bouquet aigre-doux du « Roof » farcissant le « Thiof » du Destin! Le Sénégal d’aujourd’hui est, pour le Président de la République, le jardin de son inespéré Bonheur.

Un autre Sénégal est, pourtant, possible ! Celui d’un bonheur un peu mieux partagé.

Pour l’année 2015 qui commence, c’est à un demi-tour collectif que Macky SALL devrait nous inviter. La situation est si inquiétante que personne ne reprochera au président de trahir le candidat et à l’apériste de devenir réaliste. L’absence certaine de la croissance économique tant espérée lui en formule l’obligation alors que le redémarrage des économies ivoirienne et nigériane, leaders de la sous-région ouest africaine, lui en fournit la justification.

Un autre Sénégal est possible où l’«ascenseur social» de l’Ecole se substituera, enfin, aux trompeuses sirènes de la LMD (Lutte, Mbalakh et Danse) qui nourrit, de son flot de désespoirs, ces hordes de jeunes migrants coincés aux portes verrouillées d’une Europe néo fascisante.

Un Sénégal dont les hommes, à l’esprit moins torturé par la quête humiliante de la dépense quotidienne, ne se préoccuperaient que d’exercer, consciencieusement, un métier porteur de dignité et d’utilité sociale.

Un pays où les jeunes filles, pierres angulaires d’un avenir stable et prospère, ne rêveraient plus, aux lendemains de nuits de débauche et d’alcool, d’un argent facile à prendre de la poche de vieux retraités venus finir une vie laborieuse au soleil de chez nous…

Un autre Sénégal est possible !

Un Sénégal où le respect de la «chose publique», consubstantiel à chaque conscience citoyenne, ferait, par une salvatrice autocensure, disparaitre de la voie publique les bâches des cérémonies familiales et religieuses. Et taire les décibels d’invocations que l’Omniscient entendrait de toutes façons. Même si elles étaient murmurées…

Un Sénégal où talents et ingéniosité seraient promus par un Etat capable de produire l’impulsion psychologique et le cadre juridique de création d’une pléthore de petites et moyennes entreprises. Les seules capables de créer les emplois qu’attend, impatiemment, une jeunesse dont le désœuvrement est une « bombe sociale » au tic-tac angoissant.

Dites au Président de la République qu’un autre Sénégal est possible !

Un Sénégal mettant tout son génie à inventer une Laïcité nouvelle. Une Laïcité jalouse de la force de l’Etat et soucieuse de la Foi de chacun. Le socle d’une République qui prescrive à tout citoyen, à commencer par le président de la République, de faire de sa Foi le secret de sa seule conscience…

Un Sénégal porteur d’un vrai égalitarisme. Un pays où, que l’on vienne de la ville ou de la plus profonde ruralité, on aurait la conviction, chevillée au cœur, que rien de ce qui fait nos droits n’est hors de portée aussi longtemps qu’on accomplit nos devoirs ! Accéder à l’école, réussir à ses examens, avoir des diplômes et entrer dans l’Administration pourrait ne rien devoir à la famille dont on est issu ni aux «connivences de classes» qui corrompent l’égalité sacrée des sénégalais devant le droit au Bonheur!

Un autre Sénégal est possible !

Un Sénégal vierge de toute suspicion quant au partage de ressources pétrolières attendues depuis un demi-siècle… Les rares richesses naturelles susceptibles de donner à l’Etat d’autres moyens que ceux d’une fiscalité qui perce, tous les jours un peu plus, le «panier de la ménagère»

Le Président de la République a le devoir de rendre possible le Sénégal de nos rêves !

En commençant par se réveiller de cette longue sieste parsemée, jusqu’ici, des songes onctueux d’un petit nombre se nourrissant des cauchemars de la grande majorité des sénégalais.

C’est à Macky SALL qu’est confiée, aujourd’hui, la possibilité d’un autre Sénégal

Qu’Allah, qui confie le Pouvoir, prête longue Vie au Président de la République, et pose Sa main protectrice sur le Bonheur de ses proches et de sa Famille !

Que le Miséricordieux ouvre leurs cœurs à la compassion envers les plus faibles d’entre les Sénégalais! Ceux qui sont à la quête insatiable de leur « petite part de Bonheur »…

Pour que cet autre Sénégal soit possible !

Plus qu’un Espoir. Une Espérance…

Le «SCRIPTO-SENSU» du samedi 27 Décembre 2014 par Mohamed Joseph-Henri SARRE

Scripto Sensu Mohamed Joseph Henry Sarre

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*