SECURISATION DU SOUS-SECTEUR DES COMBUSTIBLES DOMESTIQUES Une norme pour bonbonnes de gaz et brûleurs

Le ministre en charge du Commerce a présidé, hier mercredi 10 juillet, l’ouverture d’un atelier de validation de deux projets de normes sur les bonbonnes de gaz et d’un projet de norme sur les brûleurs. Organisé par l’Association sénégalaise de normalisation (Asn), cette rencontre entre dans le cadre de la réglementation du sous-secteur des combustibles domestiques.bonbonne_gaz

Un pas en avantvers la régularisation du secteur du secteur de l’énergie et plus particulièrement du sous-secteur des combustibles domestiques, c’est ainsi que l’on peut qualifier la tenue de l’atelier de validation de deux projets de normes sur les bonbonnes de gaz et d’un projet de norme sur les brûleurs ouvert hier, mercredi 10 juillet par le ministre en charge du commerce, Alioune Sarr. La tenue de cette rencontre, organisée par l’Association sénégalaise de normalisation (Asn) constitue un espoir pour la prise en charge de la question sécuritaire dans l’utilisation du gaz butane au Sénégal.

En effet, ce sous-secteur des combustibles domestiques, malgré sa forte croissance au Sénégal, suite la politique de généralisation de l’utilisation du gaz butane comme énergie de cuisson, adoptée par les autorités dans le cadre de la lutte contre la déforestation, consécutive aux prélèvements massifs de bois était caractérisé jusqu’ici par une absence totale de norme de sécurité.

Pour le directeur de l’Asn, Barama Sarr la tenue de cette rencontre réponde au besoin de la prise en charge de la préoccupation sécuritaire mai également de la protection des consommateurs sénégalais par la normalisation des bonbonnes de gaz et des brûlures. Sous ce rapport, il estime que l’élaboration de ces deux projets de normes sur les bonbonnes de gaz et d’un projet de norme sur les brûleurs permettra entre autres : d’assurer la santé et la sécurité des consommateurs, de préserver l’environnement. Mais également de moraliser le marché afin de motiver les investisseurs nationaux et internationaux à créer des structures de production.

Venu présider la cérémonie d’ouverture de cet atelier, Alioune Sarr, ministre en charge du commerce a estimé que la tenue de cette rencontre intervient dans un contexte ou le secteur énergétique du Sénégal fait face à de des défis majeurs caractérisés entre autres : par une facture pétrolière trop lourd, une raréfaction des ressources en biomasse, une absence de ressources fossiles économiquement exploitables et un taux d’électrification rurale trop faible.

A ce titre, il a indiqué que l’adoption de ces projets de normes permettra à notre pays de se mettre à jour dans ce domaine. «Ces projets de normes, qui sont le fruit d’un travail méthodique et consensuel de collecte et d’analyse de documents internationaux viennent combler l’absence de référence technique nationale en la matière», a-t-il indiqué dans son allocution.

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*