SEDHIOU : PREVENTION DES CATASTROPHES FLUVIALES Les sapeurs pompiers font la leçon aux usagers

Face à la récurrence des naufrages sur les différents cours d’eau de Sédhiou, les sapeurs pompiers de la 43e compagnie d’incendie et de secours ont procédé avant-hier, samedi 31 août, à une séance de sensibilisation et de démonstration par des manœuvres préventives de drames. Le port des gilets de sauvetage et la bonne tenue des équipes de navigation sont exigés par les autorités en charge de la mobilité fluviale.inondations_secours

Un cours magistral extra muros au quai d’embarquement de Sédhiou, ainsi l’ ont voulu les éléments de la 43e compagnie d’incendie et de secours de Sédhiou. La mission de cette démonstration est d’amener les populations à valoriser le port des gilets de sauvetage et prévenir de fait les nombreux cas de décès par noyade surtout en cette période de saison des pluies. Lieutenant Cheick Tidiane N’diaye, le commandant de cette compagnie explique:  « nous avons initié cette séance de sensibilisation pour montrer aux populations et aux usagers en particulier le port obligatoire des gilets de sauvetage.

A beau savoir nager, une chute au moment de la catastrophe peut provoquer  un évanouissement suite à un choc et dans l’inconscience l’individu va très vite mourir dans l’eau. celui qui porte correctement le gilet reste en surface en attendant l’arrivée des premiers secours. Les gilets doivent être en bon état, fermeture, sifflet et ceintures de sécurité au point” Il précise aussi ” qu’un gilet défectueux enfonce plus qu’il ne sauve ».

Toumany Macky Mané, le chef du service régional des pêches de Sédhiou, rappelle que trois outils sont indispensables à un embarquement : « c’est d’abord une pirogue en bon état, un moteur, une pagaie et une écope. Nous avons beaucoup sensibilisé les acteurs, aussi bien les piroguiers que les pêcheurs sur les normes requises de la traversée et l’utilisation des filets de pêche. A présent nous allons certes poursuivre la sensibilisation mais avec une tolérance zéro sur les mesures de sécurité ».

Les piroguiers déclarent ne pas s’opposer à la mesure de sécurité mais trouvent toujours cher le gilet déjà subventionné de 25.000 à 5.000F. El Hadji Cissé, passeur sur l’axe Sédhiou/Sandiniéry, déclare au nom de ses camarades que  le coût de cession de ces gilets est encore cher à leur niveau, comparativement à leurs revenus (125F/par passager) et le litre de carburant qui avoisine les  1000F. Ils souhaitent aussi que les prix de la traversée soit revus à la hausse.
La seconde phase est consacrée à la pratique directe de sauvetage à partir d’une mise en scène d’une pirogue renversée et dont les occupants sont très vite repêchés par les sapeurs pompiers.

A cette même occasion, El Hadji Bouly Tamba, le président du comité régional de la croix rouge de Sédhiou et deuxième adjoint au maire de la ville, a rappelé avoir initié une collecte de fonds au taux de 50.000F pour chaque commune et 30.000F pour chacune des communautés rurales concernée en vue d’entretenir des comités de surveillance au niveau des 19 points de traversée que compte la région de Sédhiou, mais il se désole du fait que seul Sédhiou se soit acquittée de la souscription.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*