SENEGAL-EDUCATION: Le recrutement de 5.459 enseignants par l'ancien régime a créé un surnombre (ministre)

ucad1Saly-Portudal (Mbour) (APS) – Le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a révélé mercredi que l’ancien régime a injecté 5.459 enseignants dans le système éducatif, entre octobre 2011 et février 2012, créant un surnombre à l’origine aujourd’hui de la difficulté à recruter les élèves-professeurs de la Faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation (FASTEF).

Il a précisé que ces recrutements ont été faits au même moment où l’on faisait des ‘’commandes d’enseignants’’ qui devaient ‘’sortir deux ans après’’. ‘’Cette situation a créé des surnombres’’, a fait observer le Ministre, en présidant à Saly-Portudal l’ouverture officielle de la cinquième rencontre du Comité du dialogue social de l’éducation et de la formation, qui se poursuit jusqu’à vendredi.

Lors de la rencontre, des syndicalistes l’ont interpellé relativement aux besoins du système éducatif en enseignants.

Serigne Mbaye Thiam a procédé à une analyse sans complaisance de la situation du personnel. ‘En tant qu’acteurs et partenaires, a-t-il affirmé, si nous nous regardons bien droit dans les yeux, nous savons ce qui se passe dans les écoles, collèges et lycées.’’

Poursuivant son propos, il a ajouté : ‘’Nous savons que le personnel enseignant n’est pas toujours utilisé de façon efficiente. Nous savons aussi qu’il y a des collèges où le nombre de surveillant est tel qu’ils se relaient. L’un d’eux travaillent cette semaine, se repose deux semaines et puis un autre travaille.’’

Selon lui, il est de la responsabilité de tous les acteurs qui gravitent autour de l’école de faire en sorte que les ressources de l’Etat soient utilisées de façon efficiente.

Le Ministre constate qu’’’il y a des écoles qui ont 12 classes pédagogiques, 12 enseignants titulaires et huit autres qui sont des suppléants’’.

‘’Ces ressources n’appartiennent ni au président Macky Sall ni au Premier ministre Aminata Touré, encore moins au ministre de l’Education nationale que je suis. Elles appartiennent à tous les Sénégalais et nous devons les utiliser de façon efficiente’’, a-t-il jugé.

‘’Si nous ne sommes pas capables de le faire, c’est que nous ne méritons pas la responsabilité qu’on nous a donnée d’agir au nom de l’intérêt général’’, a-t-il estimé, notant que tout n’a pas été morose dans le système éducatif.

ADE/ASG

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*