Sénégal: La BID injecte 815 milliards depuis avril 2012

Sénégal: La BID injecte 815 milliards depuis avril 2012

Lors de la Cérémonie de signature d’Accords de financement entre la Banque Islamique de Développement(BID) et le Gouvernement du Sénégal, le ministre de l’économie des finances et du plan, Amadou Ba, a magnifié l’exemplarité de la coopération entre le Sénégal et le Groupe de la BID qui, depuis 1976, affiche un dynamisme réel.

Il ajoute que le  portefeuille,  riche de  28 projets, s’inscrit dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, de l’agriculture, de l’hydraulique, de l’assainissement, de l’entreprenariat féminin, de l’éducation, de la santé et de la finance islamique.

« Ce portefeuille est bien aligné sur les priorités du Gouvernement du Sénégal, notamment le Plan Sénégal Emergent. Il nous reste maintenant à mutualiser nos forces et à ne ménager aucun effort pour relever le défi de sa mise en œuvre adéquate, conformément à l’ambition que nous avons de satisfaire convenablement les aspirations de nos populations ».

Quant aux trois nouveaux accords signés, ils concernent respectivement le Développement de la Micro-finance Islamique au Sénégal (PROMISE), l’Appui à la lutte contre le paludisme et l’assistance technique pour le Plan de communication du Projet de Waqf, pour un montant cumulé de 92,580 millions de dollars US, soit près de 51 milliards de FCFA.

« En ce qui concerne le Programme de Développement de la Micro-finance Islamique au Sénégal pour lequel la BID apporte un financement de 60,3 millions de dollars américains, soit près de 32 milliards de FCFA, il devra contribuer au développement socio-économique du Sénégal grâce à l’inclusion financière des petites et moyennes entreprises, ce qui se traduira par la création de beaucoup d’emplois et d’activités économiques et par voie de conséquence par l’amélioration des niveaux de vie des populations.

Par son entremise, au moins 50.000 micro-entreprises pourraient être financées et 25.000 nouveaux emplois générés d’ici 2022. Ainsi, l’accès des populations défavorisées aux retombées du projet pourrait passer de 15 %, situation actuelle de référence à 18 % en 2027 »,  note Amadou Ba.

Lejecos

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*