Sénégal: la presse critique la participation des présidents africains à la «marche» de Paris

Sénégal: la presse critique la participation des présidents africains à la «marche» de Paris

marche-parisienneAu lendemain de la «marche républicaine» organisée dimanche 11 janvier, à Paris contre le terrorisme, la presse sénégalaise apprécie largement la participation des présidents africains à la manifestation.

«Marche république contre le terrorisme, le monde Paris sur la liberté», titre Le Quotidien (privé),avec un jeu de mots, dans sa publication du lundi 12 janvier, au lendemain de la marche républicaine de Paris. Dans ses pages intérieures, le journal précise: «Ils étaient tous en bonne place dans le cortège hier (dimanche) à Paris. Nos présidents et dirigeants ont voulu prendre part à la grande messe contre le terrorisme, en hommage aux morts tombés en France, à Charlie Hebdo, comme lors de la prise d’otages».

Pour ce journal, ces dirigeants africains «ont voulu se donner une bonne image de protecteurs de droits et libertés».

Pourtant, selon le canard, «chacun de ceux qui étaient partis en France y compris (Macky Sall), a des dossiers de violations des libertés élémentaires dans son propre pays».

Le Quotidien de mettre en garde le président sénégalais : «Une marche dans les rues de Paris ne nous fera pas oublier cela. Au contraire, Macky aura intérêt à faire attention à ses prochains actes, car on lui rappellera certainement la prochaine interdiction».

Les présidents Macky Sall (Sénégal), Yayi Boni (Bénin), Faure Gnassingbé (Togo), Ali Bongo Ondimba (Gabon), Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Mouhamadou Issoufou (Niger), ont tous marché à Paris, à côté d’autres dirigeants d’Europe.

L’Observateur (privé) tente d’expliquer la présence de Macky Sall à Paris. Selon ce journal qui titre «Pourquoi Macky Sall est ‘Charlie’ à Paris», le chef de l’Etat confie à ses proches «vouloir démontrer qu’un pays comme le Sénégal, avec une population musulmane à 90%, s’écarte de la volonté de certains de lier le terrorisme à la religion musulmane».

Tandis que Walfadjri écrit à sa Une: «Macky marche avec les caricatures du Prophète». Ce journal privé d’ajouter : «six chefs d’Etat africains acceptent ce que le Maroc a refusé».

Dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, le Maroc évoque «la présence de caricatures blasphématoires représentant le prophète», brandies par les participants à la marche de Paris. Ce qui justifierait, donc, l’absence du Royaume chérifien à la manifestation de Paris.

Walfadjri sert d’écho au Maroc en s’interrogeant : «Comment expliquer aux nombreux musulmans qui les ont élus qu’ils ont marché avec les +caricatures blasphématoires+ du Prophète de l’islam?».

Le quotidien gouvernemental, Le Soleil quant à lui rapporte : «La France étant probablement encore sous menaces terroristes, la visite du président sénégalais s’est déroulée sous haute sécurité». Une évidence…

Baba Mballo
Dakar-oeildafrique.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*