Sénégal: l’ex-Président Wade charge et menace à nouveau le pouvoir

Abdoulaye-WadeSoixante douze heure après sa parade spectaculaire à la Place de l’Obélisque, l’ex-Président sénégalais, Abdoulaye Wade revient encore à la charge contre le régime de Macky Sall. Il a accusé l’actuel chef de l’Etat de bafouiller les libertés inscrites dans la constitution sénégalaise. Et Me Wade annonce une nouvelle marche, mercredi.

Me Wade est arrivé le visage crispé, et ses militants scandaient en wolof «le vieux a construit le Sénégal». Puis, le secrétaire général du PDS traverse la foule afin de prendre place, lundi soir, parmi des cadres de son parti, dans l’une des salles du siège du Parti démocratique sénégalais (PDS).

Quelques minutes après, l’ex-président commence à décrire ce qu’il appelle «un moment de gravité dans la vie» du Sénégal. L’actuel Président est notamment caricaturé.

«Macky Sall a refusé d’appliquer l’arrêt de cour de justice de la CEDEAO sur la mesure d’interdiction de sortie du territoire qui frappe cinq cadres libéraux dont Karim Wade, qui était sans fondement. Cette décision passait en force de la chose jugée parce qu’elle a été signifiée à l’Etat et donc a valeur de loi. Macky Sall a refusé de l’appliquer. Donc en fait, il a refusé d’appliquer le serment qu’il a prêté devant le peuple sénégalais, dans lequel, il dit ‘je jure d’appliquer les lois’», estime Wade, visiblement en colère.

Par ailleurs, Abdoulaye Wade a reprécisé sa déclaration sur l’appel à l’armée d’intervenir dans le champ politique.

«Si Macky Sall se comportait comme un dictateur qui foule au pied les textes de la Constitution, refusant les libertés comme les marches et les réunions qui sont des droits inscrits à la Constitution, utilisant chaque fois la police pour nous disperser à coup de matraques et de grenades lacrymogènes, jetant en prison qui et quand il veut, si cela continue, je ferai appel à l’armée pour nous départager et arbitrer les conditions d’élections libres et démocratiques».

Après avoir rappelé son parcours politique, Wade s’interroge: «Est-il pensable, que j’attende près de 50 ans après avoir été à la tête du Sénégal comme président de la République démocratiquement élu, que je fasse un coup d’Etat?».

Me Wade affirme qu’il voudrait être bien compris comme un homme qui assume ce qu’il dit, qui assume ses responsabilités. «Nous allons continuer à prêcher notre philosophie de la démocratie et de la paix», a-t-il lancé.

Après avoir invité Macky Sall à justifier son patrimoine de sept milliards francs CFA, l’ex-chef d’Etat annonce un autre rassemblement, mercredi.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*