Sénégal L'Imam Abdoulaye Cissé plaide pour l’intégration de la notion d’intelligence émotionnelle à l'école

maraboutPour amener les élèves et étudiants à maîtriser leurs pulsions, Mouhammedou Abdoulaye Cissé ne trouve pas d’autre alternative. Il plaide pour l’intégration dans les écoles la notion d’intelligence émotionnelle. 

L’imam de la mosquée Ihsane de Saint-Louis (nord), Mohammedou Abdoulaye Cissé, a plaidé dimanche à Dakar, auprès des autorités, l’intégration de la notion d’intelligence émotionnelle dans les programmes scolaires. Idée de permettre aux futurs cadres d’échapper au “diktat des pulsions et d’inscrire leurs actions dans la droiture”.

L’Imam a fait cette déclaration lors de la cérémonie officielle de la 35ème édition de la ziarra annuelle (pèlerinage) dédiée à son défunt père Serigne El Hadji Madior Cissé, Moukhadam (érudit) de la confrérie tidiane et fondateur du dahira (association) Moutahabina Fi Lahi (communauté de ceux qui s’aiment en Dieu, en arabe).

Selon l’Imam, il est nécessaire d’intégrer la notion d’intelligence émotionnelle dans les programmes scolaires. Car, précise-t-il, cette dimension permet la maîtrise de soi. Un facteur important dans la vie d’un homme, qui n’est souvent pas prise en compte dans le système éducatif de faveur des enfants.

“La maîtrise de soi est un facteur important dans la vie d’un homme. Malheureusement c’est une dimension qui n’est pas assez prise en compte dans l’éducation des enfants. Nous avons un système fait de sorte qu’on peut réussir en mémorisant les leçons. Cela laisse la porte ouverte à la tricherie”, explique l’Imam.

Mohammedou Abdoulaye Cissé va plus loin dans ses explications en soutenant que, le système scolaire qui forme suivant la répétition produit des ressources humaines et des diplômés compétents, mais qui peuvent avoir du mal dans leurs actions à se départir de leurs pulsions (…). “Il est donc nécessaire d’intégrer l’intelligence émotionnelle dans les enseignements des futurs cadres”, a poursuivi l’Imam.

“La maîtrise de soi est importante. Elle permet dans la gestion des situations et des structures de mettre en avant l’intérêt général. Il nous faut des hommes et des femmes dans tous les secteurs ayant une conscience de soi et qui font du respect d’autrui un support de leurs actions”, a-t-il ajouté.

Il a, à cet égard, mis en garde contre une forme d’éducation des enfants reposant sur l’obsession de la réussite, le mépris des autres et le faible estime des valeurs de respect et de solidarité qui fondent une société harmonieuse.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*