SENEGAL-PRESSE-REVUE La passation de service entre l'ancien et le nouveau PM en exergue

Divers sujets relatifs à la passation de service intervenue mardi entre l’ancien et le nouveau Premier ministre, Abdoul Mbaye et Aminata Touré, alimentent en priorité les quotidiens parvenus mercredi à l’APS.quotidien

“Les hommes passent, les institutions demeurent. Ce n’est pas un vain slogan mais bien une réalité politique. Abdoul Mbaye a vécu hier (mardi) ses derniers moments à la primature en passant le témoin à son successeur, Aminata Touré”, écrit le journal Le Quotidien.

“Aminata Touré a été officiellement installé, hier (mardi), comme Premier ministre, après sa passation de service avec Abdoul Mbaye. Elle a réaffirmé son souhait de donner plus de rythme et de cadence aux actions du gouvernement face à l’impatience des Sénégalais”, note Le Soleil.

“Nous mesurons l’impatience de nos concitoyens”, concernant la nécessité de réponses concrètes à leurs préoccupations, a déclaré le nouveau chef du gouvernement, dans des propos rapportés par le quotidien national et confirmés par Sud Quotidien notamment.

Selon Grand place, Aminata Touré “s’est engagé hier (mardi) lors de la cérémonie de passation de service avec son prédécesseur Abdoul Mbaye à délivrer rapidement des résultats +tout en restant réaliste+”, se disant “consciente de l’impatience des Sénégalais”.

La vérité, c’est que le nouveau chef du gouvernement “croule sous le poids des attentes sociales que son prédécesseur n’a pu satisfaire après plus d’un an à la primature”, relève Le Quotidien. “(Aminata Touré) admise aux urgences”, titre ainsi ce journal.

De nombreux journaux, dont Sud Quotidien, sont revenus sur les conditions dans lesquelles Abdoul Mbaye a passé le témoin à Aminata Touré. “La passation s’est déroulée dans la plus grande sobriété, avec un Premier ministre sortant qui s’est toutefois refusé à toute déclaration à la presse”, écrit le même journal, en allusion au chef du gouvernement sortant.

“Abdoul Mbaye transmet les dossiers +brûlants+ à (Aminata Touré) en 33 minutes, sans piper mot”, confirme Le Populaire. “Abdoul Mbaye n’est pas insensible aux commentaires sur son départ de la primature, fait cependant observer le quotidien Walfadjri. Mais il les qualifie de +spéculations+”.

“De l’émotion et de la sérénité”, affiche Enquête en évoquant la même cérémonie solennelle de passation de service entre l’ancien et le nouveau Premier ministre. “Le départ d’Abdoul Mbaye de la primature a laissé un sentiment d’émotion mais aussi de sérénité chez les agents”, rapporte ce journal.

Sur le gouvernement proprement dit, les commentaires ne manquent pas. “Les bons profils, les incongruités et les étrangetés”, affiche ainsi le quotidien L’As, avant de se demander, dans ses pages intérieures : “Avons-nous partout les hommes qu’il faut aux places qu’il faut ?”.

“En étudiant minutieusement la composition du gouvernement Aminata Touré, on relève de réelles inadéquations entre certains profils et les départements ministériels qui leur ont été confiés. Abdoulaye Daouda Diallo et Mor Ngom font partie des cas qui illustrent parfaitement cette situation”, analyse ensuite le même journal.

D’autres quotidiens annoncent par ailleurs le début d’intenses lobbyings pour la distribution des postes laissés vacants par des personnalités de la haute administration nouvellement entrées dans le gouvernement.

“Manœuvres autour des fauteuils vacants des Douanes, des Impôts, de l’APIX et de la SNR”, constate Enquête. “Le palais (de la République), arène de puissants lobbyings”, signale Rewmi quotidien.

Comme on pouvait s’en douter, la traque des biens supposés mal acquis s’est invitée à la cérémonie de passation de service entre Abdoul Mbaye et Aminata Touré, si l’on en croit certaines déclarations du Premier ministre entrant rapportées par les journaux.

“Il n’y aura plus de retour en arrière dans la traque des biens mal acquis”, a déclaré le nouveau chef du gouvernement, ministre de la Justice avant sa promotion à la primature. Cette déclaration de l’ancien garde des Sceaux, aujourd’hui Premier ministre, est relayée par de nombreux quotidiens.

Le quotidien Libération poursuit dans la même lancée en informant que l’ancien président du Sénat Pape Diop “a parlé” aux juges de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI). Le journal ajoute que M. Diop “a reconnu” devant les juges de la CREI avoir décaissé 50 millions de francs CFA pour une chaîne de télévision, sans plus de précisions, sur instruction de l’ancien président Abdoulaye Wade.

Il pourrait s’agir de la chaîne privé Canal Info, dont le montage financier est au centre des interrogations des enquêteurs de la CREI, pour le compte du volet de la traque des biens présumés mal acquis impliquant Karim Wade, le fils de l’ancien chef de l’Etat sénégalais Abdoulaye Wade.

Pour sa part, Thierno Ousmane Sy, le fils de l’ancien ministre de la Justice Cheikh Tidiane Sy aurait été blanchi par le patron de la société de téléphonie Sudatel, toujours dans le cadre de la traque des “biens mal acquis”.

“Le patron de la Sudatel, reçu hier par le chef de l’Etat, aurait confirmé les termes de la cession de la (troisième licence de téléphonie mobile à la société soudanaise en 2007). Ce qui remettrait en cause les bases fondant l’emprisonnement du fils de l’ex-ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy”, écrit Direct Info.

Thierno Ousmane Sy, qui fut conseiller en TIC de l’ancien président, est accusé d’avoir des commissions tirées de la cession de la troisième licence de téléphonie mobile à la société soudanaise Sudatel. Il a été inculpé et placé sous mandat de dépôt pour notamment détournement de deniers publics.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*