SENEGAL-PRESSE-REVUE L'affaire de drogue à la police demeure à la Une des quotidiens

(APS) – Les quotidiens parvenus mercredi à l’APS continuent de réserver un traitement privilégié à l’affaire de drogue qui secoue la Police depuis quelques jours, ce qui a contribué à reléguer au second plan d’autres sujets d’ordinaire prisés des journaux comme la politique.quotidien

Cette affaire qui secoue la haute hiérarchie de la police est partie d’un rapport rendu public il y a quelques jours par le journal Le quotidien, dans lequel il est fait état d’une implication présumée de l’actuel directeur général de la police nationale, Abdoulaye Niang, commissaire de police divisionnaire de classe exceptionnelle, dans une affaire de trafic de drogue.

Sur la base de ces informations de presse, les autorités ont demandé l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités des personnes concernées. Les autorités publiques et l’opinion de manière générale se trouvent dans l’attente de ce rapport d’enquête. En attendant, les jours se suivent avec leurs lots d’informations et /ou de spéculations sur cette affaire.

“Alors que tout le pays est suspendu aux conclusions de la Direction de l’inspection des services de sécurité chargée de faire la lumière sur l’affaire de drogue (qui secoue) la haute hiérarchie de la police, le grand déballage se poursuit”, note Enquête.

Le journal évoque ‘’les méthodes et les pratiques du commissaire Keïta’’ en signalant que l’ex-directeur de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) ‘’s’est accaparé des +moyens appartenant à la Section opérationnelle pour les mettre à la disposition exclusive de ses enfants+’’.

C’est dire que cette affaire ‘’n’en finit pas de faire parler d’elle’’, selon le journal. ‘’Cette fois-ci, ce sont les confrères du Quotidien qui en font les frais, avec des menaces de morts et des injures’’.

La Tribune fait ainsi valoir que ‘’le commissaire Cheikhna Cheikh Sadibou Keïta est exposé à toutes sortes de représailles’’, en attendant les résultats du rapport d’enquête commandé sur cette affaire. ‘’Entre le marteau des narcotrafiquants et l’enclume du camp qu’il a accusé, l’ex-boss de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (ORCTIS), doit surveiller ses arrières et ses atours, écrit ce quotidien.

La Tribune ajoute, dans son commentaire du jour, que ce ‘’scandale inédit (…) devrait être la voie royale pour remettre les choses à l’endroit’’, au moment où le journal Le Quotidien, se faisant l’écho de certaines organisations dont l’ONG Amnesty International, estime que le commissaire Keïta ne doit pas être l’agneau du sacrifice.

‘’Que la justice fasse son travail jusqu’au bout et que les coupables soient châtiés. Ainsi se résume le point de vue de la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) et de la section sénégalaise d’Amnesty International sur l’affaire de drogue dans la police’’, rapporte ce journal.

Pour le reste, une diversité de sujets occupe les quotidiens, dont Direct Info, qui ouvre sur la politique et l’imminence, selon le journal, d’un prochain remaniement. ‘’Macky pourrait se débarrasser des ministres de la coalition (Benno Bokk Yaakaar)’’, souligne le même quotidien, en allusion au regroupement politique constitué de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel, et de ses alliés.

‘’Aux abois’’, affiche Sud Quotidien au sujet de l’ancien président Abdoulaye Wade, qui a récemment appelé depuis sa retraite de Versailles (France), à une reconstitution de la famille libérale, du nom des entités politiques constituées du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) et des partis issus de ses flancs.

‘’L’appel de Me Wade, depuis Versailles, pour les retrouvailles de la grande famille libérale va accoucher d’une souris. Il contient plusieurs faiblesses au nombre desquelles : son manque de sincérité, de crédibilité et son caractère occasionnel qui rappelle d’autres appels du même genre’’, écrit Sud Quotidien.

Selon Le Populaire, il est même possible que soit réactivité le dossier relatif à l’assassinat, en 1993, de l’ancien vice-président du Conseil constitutionnel, Me Babacar Sèye. Me Wade est régulièrement cité dans cette affaire, en dépit d’une loi d’amnistie votée par l’Assemblée nationale.

‘’Il se dit que s’il rentre au bercail, comme c’est annoncé depuis quelques jours et qu’il se met à casser du sucre sur le dos des autorités actuelles, il ne manquerait pas de voies pour porter le débat autour de la réactivation de l’affaire Me Sèye pour enfin la tirer au clair pour de bon’’, écrit Le Populaire.

Le Soleil parle de la participation du président sénégalais au Forum du magazine économique Forbes Afrique, à Brazzaville, en rapportant que lors de cette rencontre, Macky Sall a déclaré miser sur l’éducation, l’agriculture, l’énergie et les infrastructures.

Rewmi annonce que le ministre de la Justice Aminata Touré a décidé de ponctionner les salaires des membres du Syndicat des travailleurs de la justice (SYTJUST), à l’origine d’une grève qui paralyse le secteur de la justice.

Libération fait état d’une hausse du gré à gré dans certaines structures publiques, notamment à la Société nationale d’électricité (SENELEC) et à la Délégation générale à la protection civile et à la solidarité nationale.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*