Sénégal: retour de Bourgi, reprise du procès de Wade fils, lundi

Karim Wade à son arrivée le 31 juillet 2014 au tribunal à Dakar | AFP
Karim Wade à son arrivée le 31 juillet 2014 au tribunal à Dakar | AFP
Karim Wade à son arrivée le 31 juillet 2014 au tribunal à Dakar | AFP

Le procès de Karim Wade repend ce lundi après quelques semaines de suspension, due au limogeage, le 11 novembre 2014, du procureur spécial de la CREI, Alioune Ndao. Ibrahima Khalil Bourgi, un des sept co-accusés de l’ancien ministre, est attendu à la barre, après un long séjour à Paris pour des raisons médicales. 

Selon des médias sénégalais, Ibrahim Khalil Bourgi dit Bibo est rentré à Dakar samedi soir. Inculpé pour enrichissement illicite au même titre que le fils d’Abdoulaye Wade, ex-chef d’Etat, Bourgi a été évacué vers la France en août dernier pour pouvoir se soigner. Avant son évacuation, il s’était présenté devant la barre, couché sur une civière. A Dakar, il était interné dans une clinique.

«Bibo Bourgi, qui s’est conformé à l’autorisation de 45 jours de la Crei, comparaîtra ce lundi à la réouverture du procès Karim Wade. Je ne sais pas dans quel état il est, parce que je ne le verrai que cet après-midi (dimanche), mais je puis vous assurer que s’il plaît à Dieu, il se présentera à l’audience de ce lundi (22 décembre 2014)», a déclaré l’avocat de Bourgi, Me Boubacar Cissé au site dakaractu.

L’état de santé d’Ibrahim Khalil Bourgi avait ralenti le déroulement du procès. Certains des prévenus avaient refusé, en août, de répondre aux questions de la CREI et des avocats de l’Etat du Sénégal, estimant que Bourgi doit se présenter à la barre.

Ce lundi donc, une nouvelle étape sera franchie dans le procès de Karim Wade accusé d’enrichissement illicite, à hauteur de 117 milliards de francs CFA.

Vendredi 19 décembre 2014, des bijoux de feue Karine Marteau Wade et de son époux, Karim Wade, d’une valeur de 40 millions francs CFA, selon Me Amadou Sall, avocat du fils de Wade, ont été  ouverts au siège de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI). Les objets ont été rapatriés de la France suite à une commission rogatoire exécutée par les autorités de Paris.

En novembre dernier, le procureur spécial de la CREI, Alioune Ndao a été limogé en pleine audience. Il a été remplacé par le magistrat Cheikh Tidiane Mara.

Baba Mballo
© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*