SENEGAL-SOCIETE L’état civil, un "élément essentiel" de la planification du développement économique (ministre)

Me El hadji Omar Youm ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales
Me El hadji Omar Youm ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales
Me El hadji Omar Youm ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales

Dakar (APS) Le ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales, Me El hadji Omar Youm, a soutenu, mercredi, que les statistiques de l’état civil constituent, lorsqu’elles sont fiables, “un élément essentiel de la planification du développement économique”.

‘’Il est reconnu que les statistiques de l’état civil constituent, si elles sont fiables, l’une des meilleures sources de données démographiques, élément essentiel de la planification du développement économique’’, a-t-il dit.

Il présidait un atelier de restitution et de partage des recommandations et conclusions des rencontres africaines sur les systèmes d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des statistiques de l’état civil.

‘’Les systèmes d’enregistrement des faits d’état et de statistiques vitales doivent réunir les qualités essentielles d’exactitude, de continuité et de complétude pour pouvoir suppléer aux recensements et enquêtes qui répondent à des exigences de méthode, de périodicité et de coût’’, a indiqué Me Youm.

Relevant les différents obstacles auxquels sont confrontés les services publics dans l’identification des personnes, Me El hadji Omar Youm a déclaré que le caractère incomplet du système d’enregistrement des faits d’état civil constitue une menace à la sécurité nationale.

‘’Cependant, force est de reconnaître que pour relever ces défis, il est important de renforcer les capacités du Centre national d’état civil, mais aussi d’instaurer un véritable système d’échange et de partage des données d’état civil’’, a-t-il dit.

Le ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales a par ailleurs réitéré la volonté de son département d’apporter l’appui institutionnel nécessaire à la mise en œuvre de toutes les recommandations et conclusions.

La représentante de l’UNICEF au Sénégal, Giovanna Barberis, a pour sa part indiqué que le nombre d’enfants inconnus des services de l’état civil interpelle tous les acteurs sur la fiabilité de notre système de statistique démographique qui conditionne dans une large mesure les processus de planification du plan national.

‘’L’UNICEF appuie à identifier les stratégies qui vont permettre de fédérer et d’harmoniser les interventions des différents acteurs à travers un cadre d’intervention, mais aussi de rendre disponibles et accessibles les services d’état civil, pour permettre l’enregistrement universel des faits d’état civil, notamment les décès’’, a ajouté M. Barbaris.

SDI/ASG

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*