SENEGAL-TOURISME Réunion pour faire le point sur les visas biométriques, vendredi

visas biométriques
visas biométriques
visas biométriques

(APS) – Le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, et son homologue du Tourisme et des Transports aériens, Oumar Guèye, tiennent une réunion vendredi matin pour faire le point sur la délivrance des visas biométriques et les mesures d’exonération, a-t-on appris de source informée.

La rencontre qui entre dans le cadre de la relance du tourisme se déroule dans les locaux du ministère de l’Intérieur, selon la même source.

Depuis le 1er juillet dernier, le visa pour entrer au Sénégal est obligatoire pour les voyageurs venant de tout pays hors CEDEAO.

Les demandeurs de visas biométriques peuvent se faire établir ledit document dans les ambassades et consulats du Sénégal à l’étranger, ou à leur arrivée à l’aéroport Léopold Sedar Senghor.

Mais pour cela, ils devront satisfaire aux procédures de pré-enrôlement et de paiement des frais de visa en ligne. Chaque demandeur devra d’abord se rendre sur le site www.visasenegal.sn, puis procéder au paiement sécurisé en ligne des frais de visa.

Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Oumar Guèye, indiquait vendredi dernier à Dakar que l’entrée en vigueur des visas biométriques n’était “pas un facteur bloquant” pour le tourisme sénégalais.

“Le visa n’est pas à mon sens un facteur bloquant. Il faut que le circuit soit huilé, le Sénégal n’est pas le seul pays à le faire. Il y a des pays qui ont le visa et qui ont une capacité importante, qui accueillent beaucoup de touristes”, a-t-il déclaré lors d’une visite à la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques (SAPCO-Sénégal).

Selon lui, “si le système est très huilé, ça ne peut pas impacter négativement pour les touristes. Il faut comprendre que pour tout ce qui passe par les tours opérators, il y a une exonération de visa”.

M. Guèye avait assuré que ”de toutes les façons un bilan sera fait”, avant d’ajouter : ”Quand on essaie un nouveau système, à un moment donné on s’arrête, on fait l’évaluation, on regarde où se situent les goulots d’étranglements et enlever les écueils”.

“Nous allons travailler pour améliorer le processus d’obtention du visa pour éviter les pertes de temps”, avait-t-il assuré.

Le ministre avait souligné que le gouvernement était “déterminé” à faire en sorte que le tourisme puisse occuper ”la place qui doit être la sienne c’est-à-dire être en position juste après l’agriculture pour booster l’économie, pour créer des emplois”.

Jeudi, en Conseil des ministres, le chef de l’Etat, Macky Sall, a prôné “des mesures fortes”, pour faire du tourisme “un des piliers du développement économique et social national”.

Le communiqué du Conseil des ministres, qui en fait l’annonce, indique que Macky Sall “a, à cet effet, demandé au gouvernement de redoubler de réactivité, dans le volet promotion de la destination Sénégal, comme instrument majeur de relance du secteur”.

“Il (le président Sall) a engagé le gouvernement à assainir, en urgence, la situation foncière et financière de la Société d’aménagement et de promotion des sites et zones touristiques (SAPCO)”, poursuit le texte.

Il précise qu’il s’agit de faire en sorte que “cette structure puisse assurer convenablement ses missions, parmi lesquelles, celle de servir de levier pour l’intensification des investissements et des partenariats public-privé”.

Il souligne également que le chef de l’Etat sénégalais a “invité le Premier ministre à maintenir un dialogue permanent avec le patronat du tourisme, les syndicats d’initiative et les travailleurs du secteur”.

“En vue d’assurer la sécurité nécessaire pour rassurer les touristes qui visitent notre pays, le président de la République a exigé du gouvernement l’opérationnalisation de la Police touristique”, note encore le communiqué.

Selon la même source, le chef de l’Etat a relevé que “la relance du secteur touristique passera également par une politique plus efficace et plus cohérente de la promotion de l’artisanat national, auprès des touristes et par la mise en place d’une politique fiscale plus adaptée”.

“Il a, en outre, indiqué au Conseil qu’il va présider à Saly Portudal, le lancement de la saison touristique, pour marquer et encourager le renouveau de la politique initiée dans le secteur”, conclut le communiqué.

OID/BK

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*